Une exposition sur "le champ de roches antiques de Sa Pa", province de Lao Cai (Nord) sera organisée au musée Vasterrobotten (Suède).

Cette manifestation, fruit d'une coopération entre l'école supérieure des Beaux-Arts de Hanoi et l'Institut des Beaux-Arts Umea (Suède) aura lieu du 27 septembre au 8 novembre 2009, en l'honneur du 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques Vietnam-Suède.

Une exposition analogue avait eu lieu, en 2006, à Hanoi, réunissant des documents et reproductions des oeuvres artistiques de certains peintres étrangers, inspirés de gravures sur les roches antiques de Sa Pa.

Découvert en 1925 par l'archéologue français d'origine russe, Victor Glubev, de l'École française d'Extrême-Orient (EFEO), le champ de roches antiques de Sa Pa couvre une superficie de 8 km² dans l'enceinte de la vallée de Muong Hoa, distante de 8 km au sud-est de la bourgade de Sa Pa.

Le site est à cheval sur le territoire de 4 communes - Lao Chai, Ta Van, Hâu Thao et Su Pan - où vivent les H'Mông, Dao, Tày et Giay.

Sur le champ en gradin, s'éparpillent ici et là, plus de 200 roches de formes différentes et de tailles diverses, dont la plus grande mesure 15 m de long et 6 m de haut. Les roches se concentrent pour l'essentiel dans la commune de Ta Van. On y en compte 159 (sur un total de 200) qui sont considérées comme les "stèles en pierre " les plus vieilles du Vietnam .

Les dessins mystérieux gravés il y a des siècles sur leur face et leurs côtés. Pour les scientifiques qui se sont longuement penchés sur leur origine, ces marques pourraient être un vestige de la civilisation des Viêt préhistoriques. Elles constituent ainsi une "colossale bibliothèque" qui peut nous apporter de précieuses connaissances sur la vie, les mœurs et coutumes de ces communautés des premiers âges de notre pays.

Les dessins sculptés sur ces roches sont très différents les uns des autres. Ce sont parfois des scènes réalistes, des motifs ornementaux, des figures humanoïdes entourées d'auréole, ou des images stylisées d'animaux et d'hommes. D'autres dessinent une carte géographique décrivant de façon grossière la vallée de Muong Hoa, ou encore une sorte de document rupestre avec des lettres figuratives carrées. Selon des chercheurs, ces gravures énigmatiques pourraient dater d'époques différentes, allant de la culture dongsonienne (300-1.000 ans avant J.-C) aux temps où des peuplades d'ethnie H'Mông vinrent s'installer dans cette région montagneuse, il y a 200 ans.

Faisant l'objet de multiples recherches scientifiques, le champ de roches de Sa Pa n'a pas encore livré tout ses secrets. Selon les historiens, "il y a bien des mystères à décrypter". Et les résultats restent toujours hypothétiques. Ainsi, en dépit des siècles écoulés et des intempéries, les roches de Sa Pa continuent leur existence mystérieuse en pleine nature.

En octobre 1994, le champ des roches antiques de Sa Pa a été reconnu, par le ministère de la Culture et de l'Information, vestige historique et culturel national. Il s'est ajouté depuis à la liste des sites touristiques visibles à Sa Pa. Par ailleurs, le Vietnam établit le dossier de nomination de patrimoine culturel mondial du site à soumettre à l'UNESCO. -AVI