Les ministres des Affaires étrangères du G7 à Toronto, Canada. Photo : AFP/VNA
 
Ottawa (VNA) – Dans un communiqué publié après leur réunion les 22 et 23 avril au Canada, les ministres des Affaires étrangères du G7 se sont déclarés « préoccupés par la situation en mer de Chine orientale et en mer de Chine méridionale ».

Ils ont réaffirmé leur « engagement visant à promouvoir la gouvernance internationale coopérative des océans, le maintien d’un ordre maritime fondé sur des règles et sur le droit international, notamment la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS), à instaurer la confiance et à assurer la sécurité, ainsi qu’à gérer et à régler pacifiquement les différends maritimes sans recourir à la menace de force ou de coercition et conformément au droit international, y compris au moyen de mécanismes juridiques de règlement des différends reconnus à l’échelle internationale, comme l’arbitrage ».

Ils ont également réaffirmé leur « attachement à la liberté de la haute mer, y compris à la liberté de navigation et de survol, et à d’autres droits, dont les droits et la compétence des États côtiers et les utilisations internationalement licites des mers ». Dans ce contexte, ils ont souligné « l’importance de maintenir une région indo-pacifique libre, ouverte et fondée sur la primauté du droit », et exprimé leur intention de travailler avec l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est et d’autres pays à cette fin.

S’agissant de la mer de Chine orientale et mer de Chine méridionale (Mer Orientale pour le Vietnam), les ministres des Affaires étrangères du G7 ont réaffirmé leur « vive opposition aux mesures unilatérales qui aggravent les tensions et nuisent à la stabilité régionale et à l’ordre international fondé sur des règles, comme la menace de recours à la force ou l’usage de la force, la récupération des terres à grande échelle et la construction d’avant-postes ainsi que leur utilisation à des fins militaires ».

Ils ont déclaré exhorter « toutes les parties à respecter leurs obligations en vertu des lois internationales ». Ils ont également demandé « la mise en œuvre complète et effective des engagements de la Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale dans son intégralité ». Ils ont insisté sur « l’importance des négociations en cours pour un code de conduite efficace » et affirmé accueillir favorablement « un accord qui ne déroge pas aux droits dont jouissent les parties en vertu du droit international et qui ne porte pas atteinte aux droits de tierces parties ».

Selon eux, « pour assurer la stabilité dans la région, ces efforts diplomatiques devraient conduire à la démilitarisation des éléments en litige, ainsi qu’à la paix et à l’ouverture en mer de Chine méridionale, conformément au droit international ».

Les ministres du G7 ont affirmé considérer « la décision rendue le 12 juillet 2016 par le tribunal arbitral en application de l’UNCLOS comme une base utile sur laquelle appuyer les futurs efforts de résolution pacifique des différends en mer de Chine méridionale ».

Préoccupés par la destruction des écosystèmes marins en mer de Chine méridionale menaçant leur durabilité et les stocks halieutiques de la région, les ministres ont réaffirmé leur « engagement à accroître la coopération internationale afin de renforcer la protection de l’environnement marin » et leur « engagement concernant la poursuite de la coopération internationale en matière de sécurité et de sûreté maritimes, ainsi que de la protection et de la gestion durable de l’environnement marin ».-VNA