Les entreprises d’Asie du Sud-Est aux prises avec des soucis de dettes extérieures

Les sociétés indonésiennes et malaisiennes avec des dettes en devises seraient contraintes de lever des fonds de capitaux propres à de forts escomptes et restructurer leurs dettes.

Les sociétés indonésiennes et malaisiennes avec des dettes en devises seraient contraintes de lever des fonds de capitaux propres à de forts escomptes et restructurer leurs dettes comme la rupiah et le ringgit ont affaibli à leur plus bas en 17 ans.

Comme les entreprises ont développé leurs activités à l’étranger et profité des crédits bon marché, les emprunts en devises de 100 grandes entreprises d’Asie du Sud-Est examinés par Standard & Poor ont grimpé en 2014 à environ un tiers des dettes totales contre seulement 16% en 2011.

Pour près de 40% de ces entreprises, les dettes en devises étrangères représentent désormais plus de la moitié des dettes totales, doublant le volume d’il y a quatre ans.

Les entreprises d’Asie du Sud-Est aux prises avec des soucis de dettes extérieures ảnh 1Dans un centre commercial à Kuala Lumpur, en Malaisie. Photo: AFP/ TTXVN

 Les besoins de refinancement sont les plus importants en Indonésie, qui a vu la montée la plus rapide des dettes extérieures des entreprises dans la région au cours des cinq dernières années. Beaucoup d’entreprises indonésiennes génèrent la majorité de leur chiffre d’affaires sur le marché intérieur, les laissant exposées à une grande asymétrie de devises.

Les entreprises plus petites et celles sans participation publique doivent faire face à la plus grande pression et seraient en première ligne pour le financement de leurs fonds propres, selon les banquiers.

La firme indonésienne d’aliments pour volailles PT Malindo Feedmill Tbk prévoit de vendre d’environ 51 millions de dollars de nouvelles actions pour rembourser certains emprunts, y compris ceux en dollar américain.

En Malaisie, l’entreprise de plantation Sime Darby Bhd, qui a terminé cette année son acquisition à 1,7 milliard de dollars de la société New Britain Palm Oil Ltd basée en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a déclaré se pencher sur les moyens de renforcer son bilan.

"Il y a une inquiétude pour les entreprises indonésiennes et malaisiennes, mais la plupart des entreprises qui ont émis des obligations libellées en dollar sont assez grandes et, tant qu’elles ont accès à des liquidités onshore, elles devraient aller bien", a déclaré Jeffrey Yap, directeur des investissements du fonds spéculatif Ark One.

Les émissions d’obligations en devises par les entreprises en Indonésie, en Malaisie, aux Philippines, à Singapour, en Thaïlande et au Vietnam ont augmenté de près de 120% à près de 85 milliards de dollars entre 2009 et 2014, a fait savoir l’agence de notation Standard & Poor’s, citant des données de la Banque asiatique de développement. – VNA

Voir plus