Hanoi, 12 décembre (VNA) - Le Vietnam est-il prêt à recevoir de nouveaux capitaux d'investissement? Cette question a été à nouveau posée par Mme Marie Diron, directrice générale chargée du risque de crédit pour l’Asie-Pacifique de Moody's, lors du colloque sur la «Stratégie pour la zone indo-Pacifique et les impacts économiques sur le Vietnam: trouver des solutions pour promouvoir le développement durable au Vietnam et dans d'autres pays de la région». 
 
Photo: Baodautu


Ce colloque s’inscrivait dans le cadre du The Asian Economic Forum, organisé récemment à Hô Chi Minh-Ville par la Chambre de commerce et d'industrie du Vietnam (VCCI) et la Chambre de commerce américaine au Vietnam (Amcham). 

"Les relations entre les Etats-Unis et la Chine restent complexes et incertaines. Les fabricants étrangers en Chine ont tendance à délocaliser leurs investissements au Vietnam", a-t-elle déclaré. 

Concernant la guerre commerciale américano-chinoise, certains experts ont estimé qu'il ne s'agit pas simplement d'une "guerre commerciale". En particulier, lorsque Mme Wanzhou Meng, vice-présidente et directrice financière mondial de Huawei au Canada, a été arrêtée à la demande du gouvernement américain le 1er  décembre 2018, le même jour a eu une rencontre entre le président américain Donald Trump et le dirigeant chinois dans le cadre du G20 en Argentine, et la situation est devenue plus complexe.

"Les relations américano-chinoises sont vraiment complexes et imprévisibles", a prédit Mme Diron.

Le Vietnam peut devenir une destination

Il y a quelques jours, au Vietnam Business Forum (VBF) 2018, le président de l’AmCham au Vietnam, Michael Kelly, a rappelé les résultats du récent sondage réalisé par l’AmCham auprès des entreprises américaines en Chine, selon lequel un tiers d’entre elles ont transféré ou envisagent de transférer certaines de leurs installations de fabrication en dehors de la Chine. Un autre sondage auprès d'entreprises étrangères a montré que la moitié d'entre elles envisagent de se délocaliser et que l'Asie du Sud-Est constitue leur premier choix.

"La Chine restera un membre important de la chaîne d'approvisionnement mondiale. Mais avec la conjoncture actuelle, le Vietnam peut tirer des avantages. La question est de savoir comment le Vietnam peut-il tirer pleinement parti de cette opportunité pour continuer à maintenir son taux de croissance économique rapide?", toujours selon Michael Kelly.

"Nous pensons que l’environnement commercial au Vietnam peut être amélioré en augmentant la productivité et en réduisant les coûts ainsi que les risques commerciaux. Plus important, la réduction des coûts et des risques commerciaux apportera des avantages aux entreprises vietnamiennes notamment aux PME. Cela permettra d’encourager l'esprit start-up et d’assurer la compétitivité et la croissance du Vietnam dans l'avenir", a conclu Michael Kelly. - CPV/VNA