Photo: VNA

Hanoï (VNA) – L’Association du textile et de l’habillement du Vietnam (Vitas) s’est fixée l’objectif d’exporter pour 40 milliards de dollars de produits en 2019, soit une croissance de 10,8% en un an.

Ce secteur devrait réaliser un excédent commercial de 20 milliards de dollars cette année, et créer 2,85 millions d'emplois, selon la Vitas.

Ces objectifs se basent sur une année réussie de ce secteur en 2018, lorsque son chiffre d'affaires à l'exportation a atteint plus de 36 milliards de dollars, en hausse de 16% sur un an. Avec ce résultat, le Vietnam est devenu l’un des trois plus grands exportateurs du textile-habillement du monde.

En outre, l'Accord de partenariat transpacifique global et progressif (CPTPP) qui est entré en vigueur en janvier 2019, devrait aider l’économie à augmenter de 1,3%, et le chiffre d'affaires à l'exportation, de 4%. L'industrie du textile et de l’habillement est un secteur clé bénéficiaire de nombreuses possibilités d'expansion du marché.

Le président de la Vitas Vu Duc Giang a déclaré que le nombre de commandes pour 2019 serait également très positif. De nombreuses entreprises ont déjà signé des commandes pour le premier semestre de cette année et même pour toute l’année.

"Le secteur a progressivement complété la chaîne d’approvisionnement grâce à l’afflux croissant de capitaux investis dans l’industrie du textile et de la teinture, ce qui a rendu ses produits plus compétitifs", a-t-il déclaré.

De son côté, Cao Huu Hieu, directeur général du Groupe du textile et de l'habillement du Vietnam (Vinatex), a noté que le secteur aurait de nombreuses opportunités, mais aussi devrait faire face aux difficultés lorsque le pays commençait à appliquer l'accord cette année.

De nombreuses entreprises à capitaux étrangers établiraient des chaînes de production de fils, de tissus et de vêtements au Vietnam qui a des atouts en matière de capitaux, d'expérience, de technologies et de main-d'œuvre.

Si les entreprises nationales n'investissent pas et n'améliorent pas leurs capacités, il leur sera difficile de faire face à la concurrence sur le marché intérieur, notamment avec les produits provenant des pays membres du CPTPP. Elles doivent avancer des initiatives pour produire des matières premières et minimiser leur dépendance à l’égard des matières importées afin d'aider l'industrie à tirer parti des avantages de l’accord, a-t-il proposé. -VNA