Hanoi (VNA) – "Thi Mai", premier film espagnol tourné dans les sites les plus connus du Vietnam, a été présenté le 18 octobre dernier pour la première fois à Hanoï. Le film de la réalisatrice Patricia Ferreira sortira en salle en janvier prochain en Espagne.

L’équipe de Thi Mai en tournage à Ha Long, province de Quang Ninh (Nord). Photo : TT/CVN

La projection du film "Thi Mai" (Madame Mai) a été effectuée en espagnol avec des sous-titres vietnamiens, précédée d’une présentation de la réalisatrice Ferreira et du producteur Larry Levene, à l’occasion des 40 ans de l’établissement des relations diplomatiques Vietnam - Espagne.

Cette œuvre réunit de nombreux acteurs espagnols et vietnamiens connus tels que Carmen Machi, Aitana Sánchez-Gijón, Adriana Ozores, Dani Rovira, Chiêu Xuân et Manh Cuong notamment.

La réalisatrice Patricia Ferreira a confié qu’initialement, le scénario, écrit il y a 10 ans, se déroulait en Chine. Elle ne connaissait alors presque rien du Vietnam. Après s’y être rendue, sa beauté l’a séduite. Aussi, la réalisatrice espagnole a travaillé avec le scénariste pour changer certains détails du scénario original, notamment en ce qui concerne les noms et les plats.

Découverte des sites touristiques du pays

L’Espagne se classe quatrième en Europe et huitième au monde en termes de productions cinématographiques.

"Thi Mai" est une comédie romantique. Il s’agit d’un conte classique occidental à propos d’une rencontre entre deux cultures créant des rebondissements hispano-vietnamiens hilarants. Il raconte l’histoire d’une femme appelée Carmen. Lorsque Carmen découvre que sa fille décédée voulait adopter un enfant vietnamien, Carmen n’hésite pas à se rendre au Vietnam pour ramener l’enfant adopté chez elle.

Ses deux meilleurs amies traversent chacune une crise et, quand elles apprennent le plan fou de leur amie, elles sautent dans le premier avion sans réfléchir. Perdues dans l’agitation de Hanoï, les trois femmes font face à un tout nouveau monde de possibilités et rencontrent deux hommes qui, à leur insu, changeront leur vie pour toujours.

Dans le film, des sites emblématiques du Vietnam servent de cadre aux acteurs, dont le marché de Dông Xuân, les lacs de l’Épée restituée et de l’Ouest, le pont de Long Biên, à Hanoï, la baie de Ha Long (province septentrionale de Quang Ninh) et les pagodes, sans oublier le fameux ao dài (tunique traditionnelle des Vietnamiennes).

"L’histoire est un facteur clé dans le cinéma, a exprimé le producteur Levene. Cependant, il est très important de trouver un bon partenaire pour coproduire une œuvre. Les équipes de tournage internationales vont populariser l’image du pays hôte et attirer l’attention à l’échelle mondiale, ce qui stimulera également l’économie".

Une scène de Thi Mai. Photo : TT/CVN

Actuellement, le Vietnam devient un site de tournage de choix pour de nombreux réalisateurs étrangers. La présence de ces équipes étrangères de tournage est positive pour le développement socio-économique et la promotion du tourisme des localités vietnamiennes comme de l’ensemble du pays. "Le Vietnam devra rivaliser avec d’autres pays de la région qui ont de l’expérience dans la coopération cinématographique. Après la fin du tournage du film, je me suis aperçu que le Vietnam avait non seulement de beaux paysages, mais aussi des cinéastes vietnamiens talents", a indiqué le producteur.

Échange d’expériences avec l’étranger

Le producteur a également suggéré que le gouvernement vietnamien soutienne les mécanismes et change les procédures légales afin de fournir des conditions favorables aux équipes de tournage internationales, qui visitent le Vietnam pour le tournage. Levene est le président de l’ADHN - l’Association espagnole des sociétés de production de documentaires et membre du conseil d’administration de la Fédération des associations de producteurs audiovisuels d’Espagne (FAPAE). Il est producteur indépendant, réalisateur et scénariste.

«Nous voulons vous montrer que le Vietnam dispose non seulement de beaux paysages mais que les Vietnamiens et leurs histoires sont aussi intéressants à découvrir. Nous espérons également que les cinéastes espagnols populariseront l’image du Vietnam comme destination potentielle pour des tournages et inspirer d’autres cinéastes», a exprimé Ngô Phuong Lan, chef du Département de la cinématographie du Vietnam. 

"Nous essayons de mettre en place des politiques appropriées qui créent des conditions favorables pour les cinéastes internationaux qui tournent au Vietnam", a-t-elle ajouté.

Le Département du cinéma du Vietnam a signé des accords avec plusieurs partenaires sud-coréens, français et polonais sur la coopération et le développement cinématographique. Les accords incluent la coopération dans l’échange de savoir-faire professionnels pour former les employés, transmettre les techniques de production et l’art de la distribution, ainsi que la coopération pour de futures coproductions cinématographiques.

Une série de projets de coopération entre producteurs de film vietnamiens et étrangers a d’ailleurs été déployée ces dernières années, dont "Lang hoa tình yêu" (Le panier de fleurs de l’amour) du Studio de téléfilms de Hô Chi Minh-Ville (TFS) et de la société sud-coréenne FNC, "Mùi ngò gai" (La coriandre) par le studio privé vietnamien VIFA et la compagnie sud-coréenne CJ Media. Ces films ont contribué à promouvoir la culture et l’image du Vietnam. – CVN/VNA