Hanoi (VNA) - Le 23 avril 2018 a marqué la date limite de la période de six mois accordée par la Commission européenne au Vietnam pour améliorer sa performance dans la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).

Le secteur des produits aquatiques s’efforce de trouver des solutions pour lutter contre la pêche illicite. Photo : CTV

 

Durant cette période, le gouvernement et le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MARD) ainsi que la communauté des entreprises et les parties concernées ont travaillé main dans la main, pris des mesures synchrones pour améliorer la situation du carton jaune sur la pêche INN.

Toutes ces activités sont destinées à retrouver la carte verte de la Commission européenne et à développer la pêche durable et responsable, a déclaré à l’Agence vietnamienne d’information (VNA) le chef adjoint de la Direction des pêches du MARD, Nguyên Quang Hung. 

Selon le responsable, le carton jaune de la Commission européenne a beaucoup affecté l’exportation des produits maritimes vietnamiens. Des examens sur l’origine des matières ont été effectués pour tous les envois vers l’UE, ce qui a entraîné une perte d’environ 7.000 euros par conteneur.

L’avertissement a exercé un impact négatif sur le prestige du secteur des produits aquatiques du Vietnam, l’Europe étant l’un des plus grands importateurs de produits maritimes vietnamiens, a-t-il ajouté.

Par conséquent, le Vietnam a pris une série de mesures synchrones pour faire retirer le carton jaune, ce qui a donné des résultats positifs, a fait savoir Nguyên Quang Hung.

L’Assemblée nationale du Vietnam a approuvé le 21 novembre 2017 le projet d’amendement de la loi sur la pêche et l’aquaculture, dans lequel ont été écrits les contenus majeurs recommandés par la CE.

Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a mis en place un groupe de travail intersectoriel chargé de se coordonner avec les localités pour mettre en œuvre les recommandations de la CE.

Le chef adjoint de la Direction des pêches a noté qu’il n’y avait qu’un cas de pêche illégale par des pêcheurs vietnamiens dans les États insulaires du Pacifique, tandis que 11 autres cas se sont produits dans des eaux limitrophes encore délimitées entre le Vietnam et d’autres pays.

Il a mis en avant les actions entreprises par l’Association des producteurs et exportateurs de produits aquatiques du Vietnam (VASEP), dans le cadre du plan d’action du programme "Les entreprises de produits maritimes s’engagent à lutter contre la pêche INN".

Normalement, six mois après le "carton jaune", l’UE va contrôler et réexaminer les mesures prises. Si les problèmes sont résolus, le Vietnam recevra un "carton vert" ou un "carton rouge" dans le cas contraire où il fera l’objet d’une série de mesures qui vont jusqu’à la possible exclusion de ses produits issus de la pêche dans l’UE. – VNA