Le Vietnam considère l’annulation de la suspension provisoire des importations de la viande de bœuf en provenance de la France instaurée en 1998 après la confirmation d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) dans ce pays.

Le vice-Premier ministre Hoàng Trung Hai a confié au ministère de l’Agriculture et du Développement rural d’examiner en hâte et de traiter dans ses compétences la levée de cet embargo s’il était prouvable que le bœuf français était conforme à la législation alimentaire vietnamienne.

Il a demandé au ministère de coopérer étroitement, d’échanger à temps et de guider les organismes concernés et les entreprises exportatrices afin de régler les entraves techniques et de créer des conditions favorables au commerce bilatéral en observant les réglementations vietnamiennes régissant l’importation de viande bovine et de pommes.

Le Vietnam avait décidé de suspendre temporairement les importations de bovins et de ses dérivés, produits par neuf pays touchés par l’ESB ou vache folle, dont la France, et listés le 24 février 1998 dans une annonce de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

La France qui a fini en 2008 avec la maladie de la vache folle qui l’a traumatisée pendant des années, a demandé en 2011 au ministère vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural de supprimer cette interdiction.

Elle expédie actuellement son bœuf notamment aux pays de l’Union européenne, au Brésil, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande. Le bœuf hexagonal a aussi fait son entrée dans des pays aséaniens comme Singapour, la Thaïlande, le Myanmar, le Cambodge et le Laos.

Le ministère a fait savoir par ailleurs que le Département de protection végétale a invité la partie française à fournir des informations techniques supplémentaires sur les maladies de la pomme en vue des analyses. - VNA