Hanoi (VNA) – Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a déclaré que le Vietnam aspire à devenir un pays au développement prospère, inférieur à aucun autre pays du monde, jeudi 13 septembre lors du Sommet des entreprises vietnamiennes à Hanoi.

Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc avec les participants au sommet. Photo: VNA


Le sommet faisait partie du Forum économique mondial sur l’ASEAN 2018. Il a attiré plus de 1.200 entrepreneurs et investisseurs du monde entier, ainsi que des représentants d’associations commerciales étrangères et d’ambassades et des organisations internationales au Vietnam.

Co-présidant l’événement avec le président du WEF, Borge Brende, le chef du gouvernement vietnamien a déclaré que seulement 21% des PME vietnamiennes avaient participé aux chaînes de valeur mondiales, bien en dessous des 46% des autres pays de l’ASEAN.

Bien que de nombreuses études étrangères aient souligné le succès du Vietnam dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, de manière générale, les entreprises vietnamiennes n’ont rejoint ces chaînes que dans des domaines tels que l’assemblage ou l’emballage des produits.

Les matières premières fabriquées par les fabricants nationaux représentent actuellement moins de 27% de la valeur totale des intrants des entreprises d’investissement direct étranger (IDE), le reste étant acheté d’autres sociétés d’IDE ou importé, at-il noté.

Face à ce constat, le Vietnam vise à se positionner davantage dans les chaînes de valeur mondiales et à renforcer la connectivité entre les entreprises vietnamiennes et les entreprises étrangères, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il est en train de devenir l’un des ateliers mondiaux et une plate-forme des entreprises transnationales pour  fournir des produits et des services dans le monde entier.

Le développement de nombreuses entreprises privées locales montre que le climat des affaires au Vietnam est tout à fait en mesure d’accueillir de grandes entreprises capables de rivaliser et de coopérer avec les entreprises internationales, a-t-il déclaré.

Il a noté qu’en s’intégrant activement au monde, le pays est maintenant membre de l’Organisation mondiale du commerce et de douze accords de libre-échange, dont l’Accord de partenariat transpacifique global et progressif (CPTPP), l’accord de libre-échange UE-Vietnam, et le partenariat économique global régional (RCEP).

Les investisseurs ont donc la possibilité d’accéder à presque tous les principaux marchés du monde, notamment à l’ASEAN. Le Vietnam joue un rôle important de passerelle et a l’une des meilleures positions géopolitiques dans les chaînes d’approvisionnement mondiales auxquelles tous les pays n’ont pas accès, a-t-il souligné.
Le pays entretient des relations commerciales avec plus de 200 pays et territoires. Il a également pris les devants en exportant de nombreux produits agricoles tels que le riz, le poivre, le café, la noix de cajou, le pangasius et la crevette. 

Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a exprimé sa conviction que le potentiel agricole du Vietnam serait pleinement exploité et pourrait être un grand pôle d’investissement et de coopération.

Il a également déclaré que le Vietnam devait déployer davantage d’efforts, encourager davantage d’innovations et mener des réformes plus fortes pour améliorer le niveau de développement de son économie et réduire l’écart avec les pays de la région. Il a affirmé que les succès des entreprises dans le pays font également partie des succès du gouvernement vietnamien.

Lors du sommet, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc et le président du WEF, Borge Brende, ont également abordé des questions qui intéressaient les participants, telles que le CPTPP, l’industrie 4.0, l’e-government et les énergies renouvelables. –VNA