New York (VNA) – Le Vietnam a appelé le 26 avril le Conseil de sécurité de l’ONU à participer au règlement du conflit israélo-palestinien, exprimant sa profonde préoccupation sur la situation au Moyen-Orient.

Vue sur Jabalia, le plus grand des huit camps de réfugiés de la bande de Gaza. Photo: ONU


Lors d’un débat consacré à la situation au Moyen-Orient, sur ce dossier, l’ambassadrice Nguyên Phuong Nga, cheffe de la Représentation permanente du Vietnam auprès de l’ONU, a attiré l’attention du Conseil sur la poursuite des activités de colonisation illégales et les affrontements sanglants qui ont coûté la vie à de nombreux civils en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

La crise humanitaire dans la bande de Gaza sape la perspective d’une solution à deux Etats, menace la sécurité et la sûreté dans la région et impacte négativement la paix mondiale, a-t-elle déclaré, soulignant que l’occupation étrangère des territoires palestiniens constitue une violation flagrante du droit international et entrave le processus de paix.

La représentante du Vietnam a appelé les parties à réduire les tensions, à respecter le droit international, à s’abstenir de tout acte de provocation, et en même temps, à créer des conditions permettant de faliciter les activités d’aide humanitaire et d’améliorer les conditions de vie des Palestiniens, et de renouer le dialogue.

L’ambassadrice Nguyên Phuong Nga a réaffirmé l’appui du Vietnam à la lutte légitime du peuple palestinien pour les droits inaliénables, y compris le droit à l’autodétermination, le droit à l’indépendance et à la souveraineté nationales, ainsi qu’à la solution à deux Etats.

Elle a appelé l’ONU, en premier lieu le Conseil de sécurité, à faire valoir son rôle important en encourageant les parties à reprendre les négociations de paix pour trouver une solution globale, équitable et durable au conflit israélo-palestinien.

Le coordinateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov. Photo : ONU


Le coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a mis en garde, devant le Conseil de sécurité, contre une implosion de la bande de Gaza, décrite comme une véritable poudrière.

Les manifestations qui se déroulent chaque vendredi à Gaza depuis le 30 mars ont déjà fait au moins 35 morts et près de 5.000 blessés, alors que les conditions de vie sur le terrain se détériorent.

Ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient a des répercussions immédiates sur le reste du monde, a-t-il déclaré, indiquant que les anciennes blessures continuent de saigner, au risque d’une nouvelle guerre.

En Syrie, au Yémen ou à Gaza, un mot est critique : désescalade, a-t-il souligné, en appelant à une désescalade des manœuvres de renforcement militaire et de la rhétorique employée. 

Lors du débat, un grand nombre d’intervenants ont blâmé la réponse inadéquate et disproportionnée des forces de sécurité israéliennes, et appelé à réaliser la solution à deux Etats. – VNA