Erevan (VNA) - Le vice-Premier ministre et ministre vietnamien des Affaires étrangères Pham Binh Minh est intervenu vendredi 12 octobre lors du dernier jour de travail du 17e Sommet de la Francophonie à Erevan, capitale de l’Arménie.

Photo officielle des chefs d'Etat et de gouvernement participant au 17e sommet de la Francophonie à Erevan, le 11 octobre 2018. Photo: AFP

Il a invité la communauté francophone à approfondir la coopération entre pays membres et à adopter des approches globales dans tous les domaines, afin de trouver des solutions fondamentales à une série de questions planétaires. 

Le chef de la diplomatie vietnamienne a notamment cité l’inégalité, la pauvreté et le sous-développement, jugeant nécessaire de consolider les mécanismes destinés à prévenir les conflits et à résoudre les litiges sur la base du droit internationaux.

Le Vietnam salue les efforts de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dans la recherche de solutions à l’instabilité politique et aux conflits dans les pays membres, a fortiori en Afrique. 

L’édification de la confiance, le renforcement de la solidarité et l’élargissement de la coopération économique, culturelle et touristique sont des moyens efficaces, a-t-il estimé.

En marge du Sommet de la Francophonie, le vice-Premier ministre Pham Binh Minh a également eu des rencontres bilatérales avec des dirigeants de délégations participantes.

Le vice-Premier ministre et ministre vietnamien des Affaires étrangères Pham Binh Minh (gauche) et le président français Emmanuel Macron. Photo: VNA

Avec le président français Emmanuel Macron, le vice-Premier ministre Pham Binh Minh a convenu d’intensifier les échanges de délégations afin de renforcer la confiance politique et le partenariat stratégique bilatéral.

Avec le président arménien Armen Sarkissian, le vice-Premier ministre Pham Binh Minh a décidé de promouvoir les échanges politiques, économiques, éducatifs, scientifiques, culturels et touristiques entre les deux pays.

Le vice-Premier ministre Pham Binh Minh a également rencontré le Premier ministre arménien Nikol Parshynian qui a insisté sur la nécessité de partager les expériences dans le domaine de l’éducation et de la formation.

Vendredi, les participants au Sommet ont élu, à bulletins secrets, la Rwandaise Louise Mushikiwabo,  57 ans, secrétaire générale de l’OIF pour les quatre prochaines années. Elle est la deuxième femme à occuper ce poste après sa prédécesseure Michaëlle Jean, diplomate canadienne d’origine haïtienne ; et, surtout, la première Africaine.

L’OIF a été créée en 1970. Elle compte 58 membres et 26 observateurs qui parlent français ou ont des liens culturels ou historiques avec la France. L’Arménie est membre à part entière de l'organisation depuis 2012. – VNA