Phnom Penh, 1er décembre (VNA) - Le ministère cambodgien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a retiré les passeports diplomatiques des anciens membres du Parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP) quelques semaines après sa dissolution.
 
L’Assemblée nationale du Cambodge a déclaré le 27 novembre 2017 la validité de 44 nouveaux députés qui remplacent ceux de l’ancien CNRP. Photo : AKP
 
Cette décision a été prise après que le Premier ministre cambodgien Samdech Techo Hun Sen avait averti que les membres de l’ancien CNRP qui avaient quitté le Cambodge pour la Thaïlande pourraient être rapatriés.

La Cour suprême du Cambodge a ordonné le 16 novembre la dissolution du CNRP et interdit ses 118 membres dirigeants d’activité politique pour cinq ans, à la suite d’une plainte du ministère de l’Intérieur accusant l’opposition d’avoir comploté avec des étrangers contre le gouvernement légal.

Au début du mois de septembre, Kem Sokha, président du CNRP, a été mis en examen pour « trahison et espionnage ». Depuis son arrestation, plus de la moitié de membres dirigeants du parti ont quitté le Cambodge.

Selon le Comité national électoral (CNE), les 55 sièges vacants de l’ancien CNRP à l’Assemblée nationale sont distribués conformément aux amendements de la loi sur les élections des membres de l’Assemblée nationale du Cambodge. – VNA