Réfugiés dans un camp en Turquie (Source: AFP)

New York (VNA) - L'ASEAN est profondément préoccupée par la situation des enfants dans les conflits armés, en dépit de certains progrès, a déclaré le chef de la mission permanente du Vietnam auprès de l'ONU, ambassadeur Dang Dinh Quy, lors d'un débat public tenu par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le 2 août à New York.

L’adoption par le Conseil de sécurité de diverses résolutions sur la question reflète le consensus, l’engagement et la détermination des pays, mais la communauté internationale a besoin d’un consensus plus fort pour transformer cet engagement en actions concrètes et constructives.

L’ASEAN se félicite des contributions apportées par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et du mécanisme de suivi et de communication de l’information, et plaide pour une coopération constructive entre l’ONU, les pays concernés et les parties en conflit, a déclaré l’ambassadeur Dang Dinh Quy.

Il a affirmé que l'ASEAN avait toujours attaché de l'importance à promouvoir les efforts visant à garantir les droits des enfants dans les conflits armés aux niveaux national et régional, citant les avancées du bloc telles que le dialogue de l'ASEAN sur la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, le dialogue annuel entre la Commission de l'ASEAN sur les droits des femmes et des enfants et la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence à l'encontre des enfants.

Le diplomate vietnamien a saisi l’occasion pour souligner la position constante du Vietnam consistant à donner la priorité à la promotion et à la garantie des droits de l’enfant.

En tant que pays victime de nombreuses guerres, le Vietnam chérit la valeur de la paix et est profondément conscient de la nécessité d'une stratégie globale pour s'attaquer aux racines des conflits, dans laquelle l'éducation joue un rôle essentiel pour doter les enfants des connaissances nécessaires et encourager la compassion comme l'amour de la paix dans leur coeur, a-t-il dit.

Quy a noté que le Vietnam est le premier pays d'Asie et le deuxième au monde à ratifier la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant. Au cours de son premier mandat au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2008-2009, le Vietnam a collaboré étroitement avec d'autres pays pour adopter la résolution 1882 sur les enfants et les conflits armés.

Il a affirmé que le Vietnam continuerait de collaborer avec la communauté internationale dans ses efforts pour protéger les enfants dans les conflits armés.

Lors du débat, la représentante spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Virginia Gamba, a déclaré dans son rapport actualisé sur les enfants et les conflits armés que les violations graves se poursuivaient avec plus de 24 000 cas en 2018, en hausse de plus de 1 000 par rapport à l'année précédente. Le nombre d'enfants tués ou mutilés l'année dernière a atteint un record.

Plus de 80 pays ont pris part au débat, démontrant ainsi l’attention de la communauté internationale sur cette question. Les pays ont apprécié l'organisation du débat sur le 30e anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, le 10e anniversaire de la première résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la question et le 10e anniversaire de la résolution 1882 condamnant les meurtres, les mutilations et les violences sexuelles contre les enfants.
 Les pays ont noté que, malgré les efforts déployés, de graves violations se poursuivent et même augmentent dans de nombreuses régions à un rythme alarmant. Ils ont exhorté le Conseil de sécurité à intensifier ses efforts pour prévenir et résoudre les conflits armés, et à promouvoir la reconstruction après un conflit, tout en partageant leurs positions et leurs expériences pour une meilleure protection des enfants. -VNA