L'ancien PM malaisien obtient une caution et est poursuivi en justice pour corruption

L'ancien Premier ministre malaisien Muhyiddin Yassin a été libéré sous caution et comparaîtra en justice pour corruption le 10 mars après avoir été arrêté le 9 mars par la MACC.
Kuala Lumpur, 10 mars (VNA) - L'ancien Premier ministre malaisien Muhyiddin Yassin a été libéré sous caution et comparaîtra en justice pour corruption le 10 mars après avoir été arrêté le 9 mars par la Commission malaisienne de lutte contre la corruption (MACC).
L'ancien PM malaisien obtient une caution et est poursuivi en justice pour corruption ảnh 1 L'ancien Premier ministre malaisien Muhyiddin Yassin.  Photo: Reuters

Muhyiddin Yassin a été arrêté à 13 heures le 9 mars. Il a ensuite été relâché à 20h20 le même jour.

La MACC a déclaré avoir obtenu l'autorisation du bureau du procureur général d'inculper Muhyiddin Yassin devant un tribunal de Kuala Lumpur le 10 mars.

Muhyiddin Yassin, qui est également président du Parti Bersatu, fera face à plusieurs accusations en vertu de l'article 23 de la loi MACC de 2009 et de l'article 4 (1) (b) de la loi de 2001 sur la lutte contre le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et les produits d'activités illégales.

L'article 23 de la loi MACC énonce le délit d'utilisation de sa fonction ou de son poste à des fins de gratification et est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison ainsi que d'une amende de cinq fois la valeur de la gratification en cause, soit 10.000 MYR (plus de 2.200 dollars), selon la valeur la plus élevée.

L'article 4(1)(b) de l'AMLATFPUAA fait référence à l'infraction consistant à « acquérir, recevoir, posséder, déguiser, transférer, convertir, échanger, transporter, disposer ou utiliser le produit d'une activité illégale ». Il est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison et d'une amende de cinq fois la valeur du produit au moment où l'infraction a été commise, ou 5 millions de MYR, selon le montant le plus élevé.

Le président du Bersatu est le dernier à être arrêté en lien avec le programme Jana Wibawa. Deux dirigeants de Bersatu – le député de Tasek Gelugor Wan Saiful Wan Jan et le chef adjoint de Segambut Adam Radlan Adam Muhammad – ont été inculpés devant le tribunal le mois dernier pour avoir sollicité et accepté des pots-de-vin pour des projets impliquant Jana Wibawa. - VNA
source

Voir plus