Kuala Lumpur, 7 avril (VNA) - Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a annoncé le 5 avril que Kuala Lumpur se retirerait de la ratification du Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI).

Siège de la Cour pénale internationale. Photo : Intabaza.com


Lors d’une conférence de presse tenue au bureau du Premier ministre, M. Mahathir Mohamad a déclaré que cette décision avait été prise après la confusion politique créée par des groupes ayant un intérêt à tirer parti de cette question pour désunir la nation.

Selon lui, plusieurs politiciens de l’opposition ont semé la confusion dans l’idée que le Statut affecterait la souveraineté des souverains malais du pays.

La Malaisie est une monarchie constitutionnelle composée de neuf dirigeants héréditaires qui, à tour de rôle, deviennent le chef d'État cérémonial du pays.

Le ministre des Affaires étrangères Saifuddin Abdullah a signé le traité constitutif de la CPI le 4 mars, après l’approbation du gouvernement malaisien, faisant de ce pays le 124ème membre de la Cour depuis sa création en 2002.

Selon le nouveau gouvernement qui a commencé à prendre le pouvoir en mai dernier, en rejoignant la CPI, la Malaisie peut désormais jouer un rôle important dans les questions liées aux crimes contre l'humanité.

La CPI est le seul tribunal permanent au monde pour les crimes de guerre et vise à poursuivre les pires violations lorsque les tribunaux nationaux ne peuvent ou ne veulent pas.

Cependant, le tribunal de La Haye a été critiqué pour ses acquittements très médiatisés. Le Burundi est devenu le premier pays à quitter le tribunal en 2017 et les Philippines ont également annoncé leur intention de se retirer du tribunal.-VNA