Certaines organisations étrangères ont récemment proféré de fausses allégations contre le Vietnam au sujet de la liberté d’expression et de l’usage d’Internet dans le pays. Mais la vérité est ailleurs. Commentaire de la radio La Voix du Vietnam.

Le Vietnam continue d’être victime d’allégations calomnieuses de la part de certains blogueurs et de certaines organisations internationales. Ces derniers l’accusent de recourir à des articles de loi relatifs à la sécurité nationale pour empêcher ses habitants d’exercer leurs droits civils et politiques, en particulier leurs droits à la liberté d’expression et à la liberté d’utiliser Internet.

Ces allégations ont été proférées suite à l’arrestation, par les services de sécurité vietnamiens, de plusieurs individus pour “atteintes aux intérêts de l’État ou aux droits et intérêts légitimes des groupements ou des particuliers par abus de ses droits et libertés”, suivant l’article 258 du Code pénal. Les blogueurs et les organisations internationales calomniant le Vietnam sont allés jusqu’à demander la libération immédiate des intéressés. Quelle est donc la vérité ?

La liberté, dans le sens le plus large du terme, et la liberté d’expression en particulier, sont parmi les droits les plus importants de l’homme. Des documents juridiques internationaux comme “La Déclaration universelle des droits de l’homme” de 1948 et “Le Pacte international relatifs aux droits civils et politiques” de 1966, reconnaissent que le respect et la garantie de ces droits sont à la fois une condition et un moteur du développement social. Ceci quel que soit le régime politique ou l’écart de développement du peuple concerné.

Le Vietnam, membre de plusieurs conventions internationales relatives aux droits humains, a appliqué des normes internationales dans sa législation afférente. Ainsi, l’article 69 de la Constitution de 1992 stipule que “Les citoyens ont les libertés d’opinion, de presse, de réunion, d’association, de manifestation et le droit à l’information conformément à la loi.”