Hanoï (VNA) - Un colloque a eu lieu, le 5 octobre à Hanoï, pour faire le bilan et partager des expériences plus de trois ans après la mise en œuvre du projet de «Gestion des risques de catastrophe à base communautaire et sensible au genre dans les régions des minorités ethniques du Nord-Ouest du Vietnam». 

Le colloque sur le projet «Gestion des risques de catastrophe à base communautaire et sensible au genre dans les régions des minorités ethniques du Nord-Ouest du Vietnam». Photo: baoquocte.vn

Ce projet a été réalisé d’avril 2014 à septembre 2017 dans les 12 communes des provinces de Son La et de Lai Chau par la Croix-Rouge vietnamienne avec le soutien de la Croix-Rouge française, de la Croix-Rouge américaine et de l’Agence française de développement (AFD).

Crédité d’un fonds d’investissement de 39 milliards de dôngs, ce projet a pour l’objectif de renforcer les capacités des communautés vulnérables à se préparer, à prévenir et à réagir aux catastrophes naturelles pour se protéger et protéger leurs biens de manière proactive.

Des chiffres encourageants

Après 42 mois d'application, ce projet a obtenu des résultats remarquables : 55.000 habitants et plus de 2.000 élèves ont acquis des connaissances sur la prévention, la lutte contre les catastrophes et l'égalité des sexes ; 36 entraînements pour réagir en cas de catastrophes ont été organisés pour 2.200 habitants locaux et 2.800 élèves et professeurs ; deux groupes d’intervention au niveau provincial et 12 autres au niveau local ont été fondés avec la participation de 320 membres.

En outre, le projet a soutenu les habitants dans la construction et la réparation des infrastructures de base, comme : ponts, quais, canaux d’évacuation des eaux, ouvrages d’approvisionnement en eau propre, système d’alerte... contribuant non seulement à renforcer les capacités des habitants à faire face aux catastrophes naturelles mais aussi à améliorer leurs conditions de vie.

Une collaboration étroite entre des organisations internationales et les autorités locales

Le contexte local représente un réel défi dans la mise en œuvre de cette campagne de sensibilisation. Dans ces zones montagneuses, la majorité de la population est analphabète, ne comprend et n’utilise pas la langue nationale vietnamienne et les moyens de communication sont très limités. La campagne «Pour une communauté sûre», une partie de ce projet, aborde ces problèmes en développant des outils de sensibilisation adaptés au public ciblé et en appliquant des méthodes participatives via des réunions de village.

En choisissant un mode de communication direct, la campagne a débuté par l’organisation de formations à destination de facilitateurs-messagers en charge de diffuser les connaissances auprès de la population. Il s’agit de personnels, salariés ou volontaires, de la Croix-Rouge vietnamienne, du Syndicat des femmes du Vietnam, de l’Union des jeunes du Vietnam et/ou de chefs de villages, énergiques et capables de parler à la fois la langue nationale vietnamienne et la/les langue(s) locale(s). Ils ont ainsi pu acquérir les connaissances nécessaires et les communiquer et transférer correctement à la population locale. Au cours des formations, ces facilitateurs-messagers ont reçu des connaissances au sujet des catastrophes les plus fréquentes dans leurs espaces de vie, ont été formés aux techniques de base en communication et ont pu mettre immédiatement en pratique dans leur communauté ce qu’ils avaient appris.

Les facilitateurs-messagers utilisent une boîte à outils spécialement développée pour le public cible de ce projet. Ces outils utilisent symboles et images qui permettent aux populations locales, y compris analphabètes, de comprendre ce qui devrait être fait et ne pas être fait avant, pendant et après les catastrophes et apprendre à élaborer un plan d’urgence et une carte d’urgence (destinée à être conservée en permanence dans son portefeuille et mentionnant tous les contacts importants et un plan d’action pour répondre aux catastrophes). En outre, spécifiquement conçus pour encourager la participation des personnes par le biais d’activités de groupes et de jeux, ces outils rendent les sessions de sensibilisation plus efficaces et permettent aux participants d’acquérir des connaissances intéressantes, faciles à comprendre et à retenir plus longtemps.

Compte tenu du contexte prévalant au Nord-Ouest du Vietnam où les femmes sont souvent désavantagées en matière d’accès à l’information et de participation aux activités communautaires (et les bénéfices qui en découlent), les contenus et les visuels de la boîte à outils prennent également en considération les questions de genre. Tous les outils et documents tiennent compte des besoins fondamentaux des femmes et œuvrent à faciliter la participation des femmes. Les images utilisées mettent au défi les biais de genre en montrant femmes et hommes travaillant ensemble, des femmes effectuant des travaux traditionnellement associés aux hommes et vice versa et en projetant une image active et positive des femmes. Enfin, la campagne de sensibilisation a œuvré à former les facilitateurs-messagers à la façon d’impliquer les femmes et de les encourager à faire entendre leur voix.

La campagne a généré un certain nombre de résultats positifs réels. L’enquête a montré que, grâce à des méthodes adaptées appropriées et au travail acharné des facilitateurs-messagers, les populations locales parviennent à comprendre tout le contenu de la sensibilisation et s’engagent à réaliser ce qu’ils ont appris. Les femmes réservées issues des minorités ethniques ont participé aux sessions de sensibilisation de manière active et enjouée.

Prenant la parole lors de ce colloque, le représentant en chef de la Croix-Rouge française au Vietnam, Eric Legendre, a hautement apprécié les contributions et le rôle important de la Croix-Rouge vietnamienne dans le maintien et le développement de ce projet.

"Le succès de ce projet est d’aider les populations à apprendre, à se préparer, à prévenir et à réagir aux catastrophes naturelles", a-t-il ajouté. Pour le vice-président de la Croix-Rouge vietnamienne, Trân Quôc Hùng, il s’agit du premier projet de sensibilisation en matière de gestion des risques de catastrophe menées dans le Nord-Ouest du Vietnam. Les outils de sensibilisation ont été développés non seulement pour œuvrer aux objectifs du projet, mais également pour être partagée avec les partenaires intéressés à l’utiliser dans le cadre de projets similaires. Il aspire à continuer à contribuer au développement pérenne de zones du Nord-Ouest plus sûres. -NDEL/VNA