Le président du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) dissous, Kem Sokha. Photo: VNA

Phnom Penh (VNA) – La Cour de la première instance de Phnom Penh a rejeté la demande du groupe d’avocats de Kem Sokha, ancien président du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) dissous, d’annuler sa mise en instruction.

Selon le juge Ky Rithy de la Cour de première instance de Phnom Penh, le président du CNRP a eu des relations avec l’étranger entre 1993 et 2007.

Kem Sokha, âgé de 64 ans, a été arrêté le 3 septembre 2017 et est détenu depuis le 6 septembre 2017 pour "conspiration avec une puissance étrangère", conformément à l'article 443 du Code pénal du Cambodge.

Le 5 mars 2018, la Cour d'appel a approuvé la décision du tribunal de prolonger de six mois sa détention. Le 10 septembre 2018, Kem Sokha a été libéré au service des enquêtes. Avec ces accusations, Kem Sokha doit faire face à une peine de 15 à 30 ans de prison.

À la mi-novembre 2017, la Cour suprême a dissous le CNRP et 118 membres du Parti ont été interdits de participer à la vie politique du pays pendant cinq ans. -VNA