Hanoï, 1er août (VNA) - Un tribunal indonésien a dissout mardi 31 juillet Jemaah Ansharut Daulah (JAD), le plus grand groupe dans ce pays lié à l'État islamique (EI), pour avoir «pratiqué le terrorisme» et s'être affilié à une organisation militante.

Des membres de Jemaah Ansharut Daulah. Photo: Reuters

Le juge Aris Bawono Langgeng a rendu son verdict devant le tribunal du district de Jakarta, dans le sud de l'Indonésie, le plus grand pays musulman au monde.

JAD a des milliers de partisans en Indonésie. Son chef, Aman Abdurrahman, a été condamné à mort par le même tribunal le mois dernier pour avoir inspiré des attentats à la bombe dans le centre de Jakarta en janvier 2016 dans lesquels huit personnes, dont quatre assaillants, ont été tuées, et quatre autres attaques.

La condamnation d'Aman et la dissolution de JAD font suite à des attentats suicides en mai dernier dans des églises à Surabaya, une grande ville sur l'île de Java.

Dans l'un de ces attentats, une famille de six personnes, dont quatre enfants, a tué 14 autres personnes. Ces attentats et d'autres à la mi-mai ont été les premiers attentats terroristes en Indonésie impliquant des enfants kamikazes.

Depuis lors, plus de 270 terroristes présumés ont été arrêtés dans les principales îles de Java et de Sumatra, la plupart d'entre eux ayant des liens avec JAD. Ils comprennent également certains soupçonnés de liens directs avec les attentats contre des églises à Surabaya. -VNA