Le Service de l’éducation et de la formation de Hô Chi Minh-Ville a demandé à tous les établissements scolaires d’introduire les jeux populaires afin que ces derniers ne tombent pas dans l’oubli.

D'après Trân Thi Kim Thanh, directrice adjointe du Service municipal de l’éducation et de la formation, la société se modernise de jour en jour. Elle est caractérisée par la présence massive d’outils technologiques doublés de la création de multiples parcs de distraction et d’attractions destinés aux enfants, alors que la préservation des valeurs traditionnelles est entre les mains des éducateurs.

«Afin d’équilibrer les types de distraction, la ville a décidé d’introduire les jeux populaires, la musique traditionnelle et les connaissances relatives aux patrimoines historiques dans les écoles. Ceci permettra aux élèves d’appréhender les valeurs de l’histoire populaire», a-t-elle ajouté.

Toujours selon Mme Thanh, autrefois, les jeux populaires tels tir à la corde, marelle, frappe des théières à l’aveuglette, dragons et serpents vont au ciel, jeux d’adresse à la main... correspondaient à l’âme de l’enfance. Ces jeux pratiqués collectivement conféraient dans la cour de récréation une ambiance saine et utile - puisque ludique - qui pouvait contribuer au renforcement de l’amitié entre élèves. Afin de préserver ces jeux, ledit service a demandé à l’intégralité des écoles implantées dans la mégapole du Sud de les adopter par le biais des activités de distraction scolaires.

Ces jeux seront pratiqués en alternance avec les horaires d’activités du salut au drapeau, et seront intégrés à l’emploi du temps. Ils seront également joués pendant les activités extrascolaires ou encore lors de séances d’éducation physique et sportive. Certaines écoles ont d’ores et déjà immortalisé ces jeux sur leurs murs, de façon attrayante et fantaisiste. De plus, certains objets évoquant ces jeux sont mis un peu partout en évidence pour les élèves. D’autre part, les maîtresses encouragent également leurs élèves à emporter ces jeux chez eux pour y jouer avec leurs voisins.

La musique populaire sera une matière mise en évidence dans les cursus d’apprentissage dès le cycle primaire et jusqu’au secondaire. On peut citer par exemple les chants populaires, les théâtres classiques tuồng, chèo (Nord) et hát bội (Sud), le théâtre rénové cải lương (Sud)… Pour en améliorer la qualité, le Service municipal de l’éducation et de la formation, en partenariat avec celui de la culture, des sports et du tourisme a formé des enseignants dans ce secteur.

Cette matière est enseignée non seulement pendant une séance de 45 minutes par semaine, mais les écoles sont encore appelées à organiser plus d’activités artistiques et des scènes spectaculaires, de sorte que les élèves puissent exposer leurs connaissances immédiatement acquises à l’école. Les chansons folkloriques régionales, les recueils de présentation d’instruments de musique des minorités ethniques seront présentés tour à tour dans des séances d’activités spéciales de classe. Cela aidera les élèves à appréhender au mieux la culture, la musique et l’esthétique du pays.

La création de clubs de musique populaire selon l’âge des élèves est fortement encouragée. Outre les échanges de spectacle avec les artistes, les clubs favoriseront l’accès à la scène musicale pour les élèves et tenteront de leur transmettre la passion pour cet art. -VNA