Photo : truyenhinhdulich.vn
 
Hanoï (VNA) - Il y a 10 ans, Ha Long - la station balnéaire mondialement connue pour l’exceptionnelle beauté de sa baie, interdisait de fumer dans les sites touristiques, les plages et les hôtels locaux pour promouvoir un tourisme-santé.

Situé au cœur de la ville de Ha Long, le propriétaire du restaurant Backfire est l’un des premiers à avoir dit non au tabac. Sa salle est désormais exclusivement réservée aux non-fumeurs. Les fumeurs, eux, sont invités à s’installer à l’extérieur. Nguyên Bao Thoa, la propriétaire de Backfire, explique: «Au départ, les réactions étaient plutôt négatives. Certains ont même quitté le lieu en colère et sans consommer leur boisson. Ce qui compte pour nous, c’est que plusieurs ont compris notre engagement et ont décidé de revenir à Backfire. Beaucoup apprécient notre initiative qui permet aux enfants de profiter d’un espace sans tabac.»

Raymond Harkness vient des États-Unis. Il a visité la baie d’Ha Long à plusieurs reprises. Il note le changement de cap opéré dans la ville et l’omniprésence de pancartes «Non fumée» traduites en vietnamien, en anglais et en chinois.

«Les touristes et les locaux respectent l’interdiction de fumer dans les lieux publics non-fumeurs. Grâce à cette mesure, l’environnement à Ha Long est plus sain et attirera davantage les touristes qui fuient le tabac.»

Ce dispositif, qui est appliqué dans les embarcadères à Tuân Châu, dans les bateaux croisières ainsi que dans les centres commerciaux, les hôtels et sur les  marchés, a permis de réduire considérablement le nombre de mégots jetés au sol. Vu Thi Hoà, une marchande qui exerce sur le marché Ha Long 1, un lieu très prisé des touristes, explique: «Il y a dix ans, presque tout le monde fumait. Aujourd’hui, même les fumeurs de longue date respectent l’interdiction de fumer dans les lieux publics. Ils ne le font que dans les locaux réservés aux fumeurs.»
 
Des campagnes de sensibilisation sont souvent organisées. Photo : VOV


En 2009, selon un sondage réalisé par le service de la Santé, seuls 49,5% des habitants avaient soutenu l’interdiction de fumer dans les lieux publics. Dix ans après, 80% se déclarent favorables à son application. Cette prise de conscience est le résultat de multiples campagnes de sensibilisation menées par les autorités locales. Pour Nguyên Thi Len, responsable du service de la Santé de Ha Long, il est important de lier santé et tourisme.

«Nous misons aujourd’hui sur les effets de la loi contre les méfaits du tabac auprès des jeunes et les salariés. Cette loi est un outil juridique efficace pour faire de Ha Long une ville 100% sans tabac.»

Ha Long souhaite suivre l’exemple de Singapour, une république réputée pour sa propreté et ses plages dénuées de toutes traces de cigarette.-VOV/VNA