Photo : Asiaone News

 

Hanoï (VNA) – "L’abus et la mal-utilisation des antibiotiques dans l’alimentation sont fréquentes en Asie du Sud-Est", selon Juan Lubroth, chef des Services vétérinaires de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO en abréviation anglaise).

Cet expert a aussi donné l’alerte ​concernant les risques dangereux ​liés à la résistance aux antibiotiques pour les êtres humains et les animaux, en marge d’une conférence internationale sur cette question tenue à Bangkok (en Thaïlande). La résistance aux antibiotiques est de plus en plus répandue dans les grandes villes en Asie, lesquelles enregistrent une croissance démographique élevée, une urbanisation rapide et un fort développement de la production agricole et vivrière.

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publié le 29 janvier, un système de surveillance mondiale a découvert la gravité de la résistance aux antibiotiques chez 500.000 personnes souffrant d’une infection dans 22 pays. De plus, Marc Sprenger, directeur du Secrétariat de la Résistance antimicrobienne de l'OMS, a souligné que certaines maladies infectieuses parmi les plus dangereuses et répandues dans le monde étaient désormais résistantes aux antibiotiques.

Un autre rapport du gouvernement britannique publié en 2016 prévoit une perte de 100.000 milliards de dollars dans le monde vers l’an 2050 si aucune mesure pour empêcher la résistance aux antibiotiques n'est prise. Le nombre de morts dus à ce phénomène pourrait ainsi grimper à 10 millions de personnes par an d'ici 35 ans, dont 90% dans les pays en voie de développement.

Pour l’heure, la FAO s’intéresse à sensibiliser les agriculteurs sur les risques de l’utilisation des antibiotiques pour stimuler la croissance chez les animaux et accélérer l’application des règlements dans la production vivrière. -VNA