Créer sa start-up en étant étudiant est une tendance en vogue de nos jours.Photo: CVN/VNA

Hanoï, 24 novembre (VNA) - À l’ère de la start-up nation, posséder sa propre entreprise n’a jamais été aussi accessible. Mais comment conjuguer études et entrepreneuriat?

Même si la start-up a décloisonné les règles de l’entrepreneuriat classique, lancer sa propre affaire nécessite des compétences particulières. Il est essentiel d’avoir un petit capital pour démarrer, de faire preuve de détermination et de savoir s’entourer des bonnes personnes pour débuter son activité dans les meilleures conditions.

La start-up nation est en marche bousculant au passage les codes de la réussite sociale. Auparavant, les étudiants rêvaient de trouver un travail dans une grande entreprise à la sortie de l’école. Aujourd’hui, les règles ont changé et bon nombre d’entre eux aspirent à monter leur propre entreprise.

Selon Hà Ngoc Anh, fondateur de Student Life Care, une start-up qui accompagne les étudiants vietnamiens dans leur installation à l’étranger, précise qu’il est essentiel de vérifier que l’idée de la start-up répond bien à un marché.

"Il faut impérativement que votre idée soit concrète et réalisable. Beaucoup de projets semblent intéressants sur le papier mais quand on les développe, ils échouent", souligne Hà Ngoc Anh. Avant d’ajouter qu’il faut commencer par des petites affaires. "Ceux qui veulent devenir un homme ou une femme d’affaires peuvent débuter par la vente de boissons par exemple. Posséder un petit commerce permet d’expérimenter des compétences diverses telles que comptabilité, marketing, gestion des stocks…, qui seront utiles pour monter une entreprise plus importante à l’avenir".    

Pour la petite histoire, ce chef d’entreprise dont l’activité ne cesse de grandir, avait démarré sa start-up avec seulement 500 dollars en poche.

Associations pour jeunes entrepreneurs

Nguyên Thi Hông Minh, étudiante à l’Université des affaires intérieures de Hanoï, également fondatrice d’une entreprise spécialisée dans les soins de la peau à base de produits naturels, reconnaît la nécessité de créer des associations compétentes pour soutenir les étudiants et les jeunes entrepreneurs dans le lancement de leur start-up. Ces associations auraient pour mission de faire le pont entre entreprises et startuppers dans le but de renforcer les investissements et les échanges commerciaux. Par ailleurs, les jeunes entrepreneurs pourraient bénéficier de conseils et de recommandations spécifiques à leurs problématiques.

Partageant cet avis, Ngô Tuân Son, président de l’Association des étudiants de l’Université d’économie nationale, s’est intéressé au projet. "L’idée peut germer dans la tête d’une ou de plusieurs personnes mais pour qu’elle devienne réalité, il faut que plusieurs acteurs agissent ensemble. Cette collaboration permettrait de soutenir non seulement les étudiants mais aussi les jeunes qui montent leur entreprise", confie-t-il.

Dans le cadre d’une structure de soutien aux jeunes entrepreneurs, Ngô Tuân Son propose la mise en place d’un portail électronique afin qu’ils puissent avoir accès à tous les acteurs nécessaires (spécialistes, scientifiques, bailleurs, centres...) à leur réussite. -CVN/VNA