Hô Chi Minh-Ville (VNA) - L'épidémie de rougeole se déroule de manière complexe, et l’inquiétude est de mise dans de nombreuses localités du Sud. Face à cette situation, le Département de médecine préventive (ministère de la Santé) a inspecté les activités de prévention ainsi que testé les traitements pour certaines zones et hôpitaux à Hô Chi Minh-Ville. 

Le 21 janvier, le Professeur agrégé Trân Dac Phu, directeur du Département de médecine préventive (ministère de la Santé), accompagné d’une délégation, a effectué une visite d'inspection à Hô Chi Minh-Ville afin d’estimer les risques de rougeole. La délégation a inspecté le dispensaire de l’arrondissement de Binh Tân, l'Hôpital des maladies tropicales, l'Hôpital pédiatrique I.
 
Trân Dac Phu rend visite à une malade à l’Hôpital des maladies tropicales à Hô Chi Minh-Ville. Photo : CVN


L’Hôpital des maladies tropicales est l'un des hôpitaux ayant reçu de nombreux enfants malades mais aussi des adultes dont des femmes enceintes. C’est la première année où le nombre de cas est si élevé, avec une proportion adulte/enfant égale.

Trân Dac Phu a indiqué que cette année, la situation de la rougeole était anormale, avec de nombreux cas. Ainsi, le Centre de médecine préventive doit-il renforcer ses contrôles du taux de vaccination. Il est important qu’une épidémie similaire à celle de 2014 ne se reproduise pas.

"Actuellement, on doit aussi contrôler la contamination croisée. Ne laissons pas les personnes non atteintes par la rougeole être contaminés dans l’environnement hospitalier", a-t-il souligné.
 
Trân Dac Phu (debout) travaille avec les dirigeants de l’Hôpital des maladies tropicales sur la prévention de la rougeole à Hô Chi Minh-Ville. Photo : CVN


Intensifier les campagnes de vaccination

Lors de la réunion avec la délégation du Département de médecine préventive, le Dr Nguyên Tri Dung, directeur du Centre de médecine préventive de Hô Chi Minh-Ville, a également admis que "le nombre  de malades a augmenté en raison du faible taux de vaccination. Par conséquent, la ville continuera à mettre en place de nombreux lieux de vaccination pour atteindre un taux de plus de 95% des habitants vaccinés".

Cependant, Nguyên Tri Dung a déclaré que la difficulté actuelle est la prise de conscience de la population. De nombreux parents ont ainsi oublié le calendrier de vaccination de leur enfant ou l’ont même perdu. Certains ont même refusé d'emmener leurs enfants se faire vacciner contre la rougeole en raison de l’impact négatif de mouvement d’antivaccin sur les réseaux sociaux. 

Selon le Centre de médecine préventive de Hô Chi Minh-Ville, du début de 2018 à la deuxième semaine de 2019, la ville a enregistré près de 2.000 cas de rougeole. À partir de septembre, il y a eu  des signes d’explosion de l’épidémie, ainsi que fin 2018, avec 300 à 400 cas par semaine. La rougeole touche 24 arrondissements et districts de la ville, principalement les zones peuplées, dont de nombreuses zones industrielles telles que Binh Tân, Tân Phu, Thu Duc...-CVN/VNA