Des habitants de la capitale népalaise, Katmandou, flottent dans la ville à l'aide d'un bateau, en pleine mousson, le 12 juillet 2019. Photo: Reuters

Hanoi (VNA) - Des inondations et des glissements de terrain ont tué plusieurs dizaines de personnes au Népal, dans le nord-est de l'Inde et dans des camps de réfugiés Rohingya au Bangladesh.

Des inondations et des glissements de terrain causés par une mousson torrentielle ont fait de nombreux morts et disparus en Asie du sud, depuis jeudi 10 juillet.

Au Népal, le ministère de l'Intérieur a annoncé 55 morts et 30 disparus, alors que plus de 1.100 personnes ont été secourues, selon le porte-parole de la police du pays, Bishwa Raj Pokharel.

Dix mille personnes ont, en outre, été contraintes de quitter leurs foyers depuis jeudi, notamment dans les régions de montagne où de vastes zones sont inondées.

Depuis jeudi, de fortes pluies touchent plusieurs régions du Népal, en particulier les régions de l'est du pays et les plaines du sud. Selon les autorités népalaises, les rivières devraient retrouver leur niveau habituel à partir de lundi.

Le nord-est de l'Inde a, lui aussi, été touché. Au moins 11 personnes ont été tuées dans les inondations dans l'État d’Assam qui compte également 1,5 million de déplacés.

Dans les camps de réfugiés du sud-est du Bangladesh, dans la région de Cox's Bazar, au moins 10 personnes y ont trouvé la mort, selon un rapport des Nations unies. Par ailleurs, 500.000 personnes déplacés sont également à déplorer à Chittagong, où 200 villages sont inondés.

La saison des moussons, qui s'étale de juin à septembre, cause chaque année des morts et des destructions en Asie du Sud.

L'an dernier, plus de 1.200 personnes ont trouvé la mort dans les intempéries, et la région indienne du Kerala avait subi ses pires inondations en près d'un siècle.-AFP/VNA