Séoul (VNA) - Après des dizaines d'années de tensions avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC), les Sud-coréens se sont habitués à prendre l’avion pour voyager à l’étranger, alors que les marchandises dépendent des routes aériennes et maritimes comme une île isolée, selon l’agence de presse Yonhap.

Photo: Yonhap

Par conséquent, beaucoup de gens ont été surpris et ravis de savoir que le président de la RPDC Kim Jong-un avait pris un train pour se rendre au Vietnam pour le 2e rencontre avec le président américain Donald Trump.

Jung Min-ho, un Sud-coréen, a souligné le voyage du président de la RPDC à Hanoi (Vietnam) pour rappeler aux Sud-coréens que leur pays faisait toujours partie du continent asiatique. Si la RPDC ouvre le système ferroviaire, les Sud-coréens pourront également partir pour le Vietnam en train, à l'instar du président de la RPDC, même vers des pays lointains en Europe.

Selon Jung Min-ho, la République de Corée dispose suffisamment de ressources pour construire des systèmes ferroviaires à grande vitesse à niveau mondial. Les Sud-coréens ont également un grand besoin de commerce extérieur et de voyages. Le rêve de connecter la République de Corée au reste du monde par la route n’est pas si lointain, en particulier lorsque le président de la RPDC et le président sud-coréen Moon Jae-in coopèrent pour connecter le réseau ferroviaire à l'est et à l'ouest de la péninsule coréenne.

La semaine dernière, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue américain Donald Trump, le président sud-coréen a déclaré que Séoul était disposée à déployer des projets ferroviaires et économiques avec Pyongyang, notamment la réouverture du parc industriel de Kaesong où 120 sociétés coréennes sont présentes avant d'être fermées en 2016 en raison de tensions dans la péninsule coréenne.

Lorsque le réseau ferroviaire entre la RPDC et la République de Corée se connectent, ils seront bientôt utilisés pour transporter des marchandises, ce qui contribuera à réduire considérablement les coûts des entreprises sud-coréennes. La nouvelle infrastructure aide également Pyongyang à développer son économie, dans la mesure où le pays exploite l’ancien système ferroviaire, qui n’a pas été modernisé depuis le milieu des années 50 du siècle dernier.

Le gouvernement de la République de Corée a mené à bien une enquête préliminaire sur le réseau ferroviaire coréen en décembre dernier.

Le ministre sud-coréen des Terres, de l'Infrastructure et des Transports, Kim Hyun-mi, a déclaré que le projet de raccordement ferroviaire serait un catalyseur pour promouvoir la prospérité dans les deux régions de la péninsule coréenne. -VNA