Le séminaire Vietnam - Japon dans la conservation d’objets anciens à Hanoï. Photo: VNA/CVN

Hanoï (VNA) - Depuis 2013, le Musée national de l’histoire du Vietnam et le Fonds japonais Sumitomo coopèrent dans la restauration et la conservation des objets anciens. Les résultats de ce programme de coopération ont été dévoilés lors du séminaire tenu le 25 octobre à Hanoï.

Le séminaire sur le bilan de six ans de réalisation du programme de coopération vietnamo-japonaise dans la conservation, financé par le Fonds japonais Sumitomo, qui a eu lieu le 25 octobre à Hanoï, comprend deux parties principales. La première partie concerne l’évaluation de la coopération entre le Musée national de l’histoire du Vietnam (MNHV) et le Fonds japonais Sumitomo dans la conservation des objets anciens en état de dégradation. La deuxième partie implique la situation de détérioration des objets anciens et des vestiges du Vietnam ainsi que d’éventuelles questions à poser concernant le sujet.

"La conservation des objets, notamment des objets anciens, est importante. Ces six dernières années, les experts qualifiés du Japon ont bien accompagné leurs homologues vietnamiens à la restauration de ces objets en état de dégradation", a informé Nguyên Van Cuong, directeur du MNHV.  

Le Musée national de Kyushu (Japon) et le MNHV ont signé pour les périodes 2011-2016 et 2016-2020 un accord de coopération portant sur les échanges professionnels et culturels. Via ce musée japonais, le Fonds Sumitomo a financé un programme de coopération dans le quel les experts japonais aident le Vietnam à la restauration et conservation optimale des objets, dont ceux à grandes valeurs culturelles et historiques.

"Un des résultats remarquables de coopération entre le Musée national de Kyushu  et notre musée est d’avoir lancé avec succès en 2013 au Japon une exposition + Viêt Nam – câu chuyên vi dai+ (Vietnam - un grand récit) ainsi qu’une exposition en 2014 à Hanoï sur la culture japonaise. Le programme de coopération entre notre musée et le Fonds Sumitomo s’inscrit dans le cadre des activités pour célébrer le 45e anniversaire des relations Vietnam - Japon", a fait savoir M. Cuong.

"Pendant six ans, les experts japonais ont participé à la restauration d’une ancienne peinture dans l’ancienne pagode Hàm Long à Hanoï, à la conservation d’une ancienne statue de Bouddha du Japon et de deux battants de porte de la pagode Phô Minh (province de Nam Dinh, Nord)", a partagé Nguyên Thi Huong Thom, chef  du service de la conservation de MNHV.   
      
L’ancienne peinture dans la pagode Hàm Long est une œuvre laquée sur papier collée sur un bloc de bois datant des XVIIIe et XIXe siècles où les images sont liées étroitement à la pensée bouddhique. Elle a été confiée au MNHV en 1971. Les travaux de restauration ont été faits en 2013 et ont englouti plus de 3 millions de yens (équivalent à plus de 600 millions de dôngs).

L’ancienne statue de Bouddha en bois figurait dans la collection du Musée national de Tokyo (Japon). En 1943, lors d’un programme d’échanges d’objets antiques entre l’École française d’Extrême-Orient et ce musée, elle a été transférée au Vietnam. Il s’agit d’une œuvre sculptée au Japon mais représente aussi une preuve importante de l’histoire d’échanges culturels entre les deux pays pendant une longue période. La conservation a été menée de 2014 à 2015 et a nécessité près de 8 millions de yens (soit près de 1,6 milliard de dôngs).

L’ancienne peinture dans la pagode Hàm Long. Photo: Quê Anh/CVN


De 2016 à 2018, les experts japonais se sont concentrés dans la conservation de deux battants d’une porte de la pagode Phô Minh. Construite sous la dynastie Ly (1010-1225), cette dernière était une des pagodes célèbres de la carte Hông Duc sous le règne du roi Lê Thánh Tông (1460-1497). Elle a été rénovée plusieurs fois dans l’histoire. On trouve au total quatre battants en lim (bois de fer) de la porte de la pagode Phô Minh. Deux sont actuellement préservés dans le Musée de la province de Nam Dinh, et les deux restants se trouvent dans le MNHV. Ces battants sont décorés de dragons enroulés d’une fleur de lotus au cœur. L’investissement pour leur restauration s’est élevé à plus de 13 millions de yens (équivalent à près de 2,6 milliards de dôngs).

Dans les trois années à venir, les experts japonais continueront d’aider le Vietnam, plus précisément le MNHV, à faire des études sur les sac phong (les décrets royaux) notamment et à les conserver, selon le directeur de ce musée, Nguyên Van Cuong. - CVN/VNA