Hanoï (VNA) - Avec une longueur d’avance sur la concurrence, les entreprises de construction vietnamiennes signent des contrats de plus en plus importants, sur le marché tant national qu’étranger.

Landmark Tower 81 a raflé le prix du "Meilleur immeuble de grande hauteur dans le monde 2016". Photo : Vnexpress/CVN

Selon les économistes, les entreprises vietnamiennes peuvent concurrencer leurs homologues étrangères voire de grands groupes japonais ou sud-coréens sur le marché de la construction. De simples sous-traitantes auparavant, elles deviennent maintenant les adjudicataires principaux de grands ouvrages dans le pays et aussi à l'étranger.

On peut citer récemment quelques grands projets vietnamiens tels que Saigon Center (6 sous-sols et 44 étages), The Landmark Tower 81 (3 sous-sols et 81 étages) mis en opération respectivement par le Groupe vietnamien de construction Hoà Binh (HBC) et Vingroup.

"Les entreprises vietnamiennes pourront concurrencer les sociétés étrangères sur le marché mondial si elles adoptent les bonnes stratégies. Le Vietnam a un avantage dans le secteur des services, le coût de la construction", a expliqué Lê Viêt Hai, président du HBC. De plus, le prix des matériaux, les frais de consultation, de surveillance, de gestion sont ultra "compétitifs". En outre, les techniciens et spécialistes sont trois fois plus nombreux qu’en moyenne dans le monde. En effet, le Vietnam possède 9.000 techniciens pour un million d’habitants.        

Sur un chantier à Hanoï. Photo : VNA

Marchés potentiels

Avant, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge étaient les principaux marchés étrangers du Vietnam. Désormais, la concurrence dans ces pays devient âpre avec la présence de grands groupes venus des pays développés. Les vietnamiens Vinaconex, An Phong, Conteccons, Hoà Binh doivent exploiter les nouveaux marchés comme le Malaisie, le Myanmar, le Japon, ou de la région du Moyen-Orient.

L’année dernière, la Compagnie par actions Hoà Binh Corporation du HBC a gagné 20 millions de dollars grâce au projet de raffinerie Al Zour du gouvernement koweïtien. Hoa Binh Corporation sera chargée de la construction en béton armé d’une partie de ce projet, le plus grand de son genre au Koweït, qui représente un investissement total de 30 milliards de dollars. Au Koweït, Hoà Binh Corporation a également réussi à négocier avec son partenaire stratégique HOT Engineering and Construction la première enveloppe d'un montant de 35 millions de dollars du projet de construction du siège du quartier général des preuves criminelles (Criminal Evidence Headquarters), un projet clé du gouvernement koweïtien d'une valeur d’investissement total de 155 millions de dollars.

Des ouvriers du Groupe vietnamien de construction Hoà Binh (HBC). Photo : VNA

Selon les spécialistes, les constructeurs vietnamiens cherchent toujours à exploiter les nouveaux marchés car ils possèdent les ressources humaines abondantes. De plus, le marché immobilier du pays est fluctuant et complexe. Enfin, ils veulent améliorer leur compétitivité dans le contexte d'intégration profonde à l'économie internationale du pays.

"Dans l’avenir, la commande baissera quand les infrastructures principales du Vietnam seront construites. C’est pourquoi dès maintenant, il faut trouver des projets dans d’autres marchés avec un fort potentiel", a partagé M. Viêt Hai.

Cependant, pour développer le secteur de construction, le gouvernement doit prendre des mesures pour simplifier le plutôt possible les formalités liées à la construction et l’investissement. Dans le processus de négociation des traités commerciaux avec les pays étrangers, le gouvernement doit s’intéresser aux règlements sur l’importation des matériaux, des moyens de construction…pour assurer l’équité entre les entreprises vietnamiens et étrangères. -CVN/VNA