ASEAN-6 : pres de 21 millions d’emplois risquent d’etre supprimes en raison de COVID-19 hinh anh 1 Des millions d'emplois dans le secteur de services dans les pays de l'ASEAN-6 risquent d'être supprimés à cause de la pandémie de COVID-19. Photo : Reuters


Hanoï (VNA) - Les analystes de BofA Global Research ont estimé qu'environ 7% du total des employés, soit 20,7 millions de personnes, dans les pays de l'ASEAN-6 (Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Singapour, Philippines et Vietnam) pourraient être licenciés en raison de la pandémie de COVID-19.

Ils ont averti qu'un crash sur le marché du travail "menacerait également la reprise économique une fois que la pandémie soit terminée".

En fonction de la part des travailleurs dans les petites entreprises et des emplois informels, l'Indonésie pourrait supprimer le plus grand nombre d’emplois avec 9,4 millions. Aux Philippines, en Thaïlande et au Vietnam, ce chiffre devrait également atteindre des millions d’emplois. Les travailleurs dans les domaines de l'hébergement, la restauration, le commerce de gros et de détail, ainsi que les services immobiliers… devraient être particulièrement touchés, ont estimé les analystes de BofA Global Research.

L'Indonésie et la Thaïlande risquent de connaître une grande récession historique, tandis que d’autres pays seront confrontées à d'importantes difficultés de main-d'œuvre, ont écrit les analystes, en évaluant des facteurs tels que la taille de la récession attendue, la structure de l'emploi et la réponse de la politique budgétaire de chaque pays.

Seuls Singapour et la Malaisie offrent une aide directe en matière de coûts de main-d'œuvre par le biais de subventions salariales, tandis que d'autres pays appuient les habitants et les entreprises sous forme des transferts en espèces et des incitations fiscales, ont-ils fait remarquer.

Estimant que la récession risque d’être plus grave, une aide plus importante et mieux ciblée est nécessaire, ont-ils suggéré.

A Singapour, le taux de chômage pourrait atteindre environ 4% en 2020, notamment dans les secteurs du commerce de détail, de l'aviation et du tourisme, selon les économistes.

L'économiste en chef de la banque OCBC, Selena Ling, a déclaré au Business Times qu'elle avait revu à la hausse ses prévisions de chômage de 3,5% à plus de 4%, en raison de l'extension des mesures de distanciation sociale et du fait qu'il n'y avait aucun signe du vaccin contre le COVID-19

L'économiste de Maybank, Chua Hak Bin, a relevé une projection plus sombre, estimant que le taux de chômage pourrait dépasser 5%, ce qui est supérieur aux taux observés lors de l'épidémie de Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003 et de la crise financière mondiale de 2009. Il a prédit que l'économie pourrait reculer de 7%.

Dans un rapport publié lundi, l'économiste principal de la banque DBS, Irvin Seah, a déclaré que le taux de chômage global pourrait atteindre 3,6%, contre 2,3% fin 2019, étant donné que l'économie devrait désormais reculer de 5,7%.
 
Cette fois, bien que le gouvernement ait lancé trois plans de sauvetage totalisant un montant sans précédent de 68,8 milliards de dollars singapouriens (48,4 milliards de dollars américains), les suppressions d'emplois sont inévitables, a conclu Irvin Seah. -VNA