Hanoi(VNA) – Trois ans après la promulgation de la résolution gouvernementale N°77 relative à la rénovation à titre expérimental du mécanisme de fonctionnement des établissements publics d’enseignement supérieur pour la période 2014-2017, les universités autonomes ont connu des résultats encourageants.

L’autonomie permet aux universités de se moderniser et d’élargir davantage leur coopération internationale. Photo: CTV/CVN

Les universités autonomes sont autorisées au Vietnam depuis le 24 octobre 2014, suite à la promulgation de la résolution gouvernementale N°77/NQ-CP sur la rénovation à titre expérimental du mécanisme de fonctionnement des établissements publics d’enseignement supérieur pour la période 2014-2017. Fin 2017, le pays comptait 23 universités bénéficiant de cette réforme, dont sept à Hô Chi Minh-Ville. Parmi elles, plusieurs ont imposé leur "patte" dans la sphère pédagogique d’Asie du Sud-Est et du monde.

Un retour d’expérience positif

Le fait de donner de la latitude aux établissements publics d’enseignement supérieur et de les laisser gérer leur finance a permis de créer des options pédagogiques plus souples. "Nous sommes sortis du dilemme de l’équilibre entre les frais d’étude, la qualité de l’enseignement, les mécanismes de recrutement des enseignants et les politiques visant à attirer les talents", souligne le Pr.-Dr Vu Huu Duc, directeur de l’Université ouverte de Hô Chi Minh-Ville.

Ces deux dernières années, cette université a renforcé son personnel et ses installations, notamment en construisant deux nouveaux édifices d’une dizaine de milliers de mètres carrés ou en recrutant des professeurs agrégés et docteurs jouissant d’une grande expérience dans la recherche scientifique. "Les politiques de bourse et d’assistance en faveur des étudiants en situation difficile sont plus complètes grâce à un budget annuel de plus de 10 milliards de dôngs", précise Vu Huu Duc.
 
Comme l’Université ouverte, l’Université d’économie de Hô Chi Minh-Ville fait partie des établissements autonomes. Elle a fait peau neuve sur le plan de la qualité de la formation, du contingent d’enseignants et des infrastructures. Actuellement, elle propose des programmes de formation répondant aux standards internationaux les plus rigoureux.   

"L’autonomie budgétaire nous permet de consacrer davantage de fonds aux ressources humaines. Cela pousse les professeurs à se consacrer entièrement à l’enseignement", estime la Pr.-Dr Phan Thi Bich Nguyêt, directrice adjointe de l’Université d’économie de Hô Chi Minh-Ville. Et de continuer: "Pour dispenser une formation de bonne qualité et proposer un environnement d’apprentissage moderne, on ne peut pas se baser sur de maigres ressources financières". À son avis, l’objectif du modèle autonome est sans doute de faire bénéficier les apprenants d’un environnement d’apprentissage standard, moderne, et d’un point d’appui pour que le système cadre-enseignant-étudiant travaille à l’instauration d’un cercle pédagogique vertueux.

Ce bilan positif donne un signe clair que l’orientation donnée par le ministère de l’Éducation et de la Formation doit se généraliser afin de faire progresser le pays dans le domaine de la formation professionnelle.

Quelques précisions nécessaires
 
Cependant, selon les gestionnaires, pour que le processus d’autonomie soit pérenne et efficace, il faut absolument être sûr de l’adéquation entre recettes et dépenses.

Selon le chef de la Commission de la culture, de l’éducation et de la jeunesse, de l’adolescence et de l’enfance de l’Assemblée nationale, Phan Thanh Binh, il est important de préciser la définition de l’autonomie ainsi que son champ d’application, et ce afin de savoir qui est responsable de quoi et quelles institutions seront chargées du contrôle des comptes et de l’évaluation des performances.

Lors de la réunion entre le Comité national de la réforme de l’éducation et de la formation et le Conseil national de l’éducation et du développement des ressources humaines pour la période 2016-2020, tenue fin mai à Hanoï, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a demandé une augmentation du nombre d’universités autonomes afin de propager ce modèle rapidement. Il a également conseillé au ministère de l’Éducation et de la Formation de prendre en compte les suggestions du Parti, de l’Assemblée nationale et du gouvernement afin de proposer des mesures appropriées pour mener à bien la réforme de l’éducation. L’accent devra être sur mis les opportunités offertes par les technologies de l’information pour l’enseignement. - CVN/VNA