Hanoï (VNA) - Dans les prochains mois, les exportations vietnamiennes de manioc et produits dérivés devraient encore afficher une belle santé, grâce à la forte demande de la Chine qui est le premier importateur de ce produit du Vietnam.

Récolte du manioc dans la commune de Suoi Da, district de Duong Minh Chau, province de Tây Ninh. Photo: tintucnongnghiep.com

Selon le ministère de l’Industrie et du Commerce, depuis le début de cette année, plusieurs localités du Nord-Est de la Chine sont obligées d’utiliser du biocarburant E10 à base d’éthanol, qui est produit pour l’essentiel à base de manioc et de maïs. Cela a provoqué une nette hausse du prix du manioc et du maïs.

Selon le Département chinois de l’énergie, la production chinoise d’éthanol atteindrait 4 millions de tonnes en 2020. Cependant, sa vraie demande devrait grimper à près de 9,4 millions de tonnes. Raison pour laquelle le renforcement des importations chinoises de matières premières comme manioc et maïs au service de sa production d’éthanol est inévitable. Il est probable que le gouvernement chinois applique bientôt une réduction de la taxe d’importation sur ces produits. Une bonne opportunité pour la filière manioc du Vietnam.

En janvier, les exportations nationales de manioc et produits dérivés ont atteint 400.000 tonnes représentant 122 millions de dollars. Il s’agit d’une progression de 67,7% en volume et de 114,5% en valeur en glissement annuel.

Actuellement, le prix d’exportation du manioc est de 430-435 dollars la tonne, soit 10 dollars de plus qu’à la même période de l’an dernier. -CPV/VNA