New York (VNA) - L’ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès des Nations Unies, a affirmé que la résolution des causes profondes des conflits est la clé de la construction d'une nation pacifique durable.

Vietnam-ONU : resolution des causes profondes des conflits, cle de la construction d'une nation pacifique hinh anh 1L’ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès des Nations Unies.  Photo : VNA

Lors du débat sur la consolidation de la paix, avec un accent sur « la diversité, l’édification de l’État et la recherche de la paix » du Conseil de sécurité de l’ONU tenu le 12 octobre à New York aux Etats-Unis, sous la houlette du Président du Kenya, M. Uhuru Kenyata, le diplomate vietnamien  a prévenu que, sans inclusion, la diversité peut conduire à des tensions, à des troubles sociaux et même à la violence et aux conflits, compte tenu des incitations, des discours de haine et de la désinformation. 

Vietnam-ONU : resolution des causes profondes des conflits, cle de la construction d'une nation pacifique hinh anh 2Photo : Xinhua/VNA

Il a donc voulu que l’on mette l’accent sur la prévention des conflits dont la responsabilité première revient à l’État. 

Les États, a-t-il précisé, doit travailler à une stratégie de prévention efficace qui exige des mesures à court et à long terme dans les domaines politique, diplomatique, humanitaire, du développement et des institutions.  En la matière, le rôle des Nations Unies et de la communauté internationale est d’appuyer les efforts nationaux de prévention des conflits et de renforcement des capacités.  

Les États doivent aussi, a poursuivi le représentant, prendre des mesures pour promouvoir la réconciliation et l’unité nationales par un dialogue inclusif avec la participation de tous, y compris des femmes, des jeunes, des personnes âgées et des groupes vulnérables, de manière à réduire le fossé entre les différences ethniques, religieuses et culturelles, a-t-il dit. 

Les États doivent enfin renforcer la coopération avec les Nations Unies et les organisations régionales et sous-régionales de consolidation de la paix et accorder toute l’attention requise à la mobilisation des ressources.

Le représentant vietnamien a appelé à des efforts plus coordonnés, plus cohérents et plus intégrés entre les missions et les équipes de pays des Nations Unies, les organisations régionales et les acteurs du développement. 

En toute chose, a-t-il conclu, il faut respecter les principes de non-ingérence dans les affaires intérieures et l’indépendance politique des États, et garder l’œil sur le niveau de développement des pays, leurs contextes historiques et leurs particularités, a conclu le représentant,du Vietnam au nom d’un pays aux 54 groupes ethniques.
Lors du débat,  M. Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, a espéré que les institutions et les lois nationales doivent fonctionner pour tout le monde et cela veut dire, protéger et promouvoir les droits de l’homme, y compris les droits à la santé, à l’éducation, à la protection et aux opportunités.  Cela signifie aussi mettre en œuvre des politiques et des lois qui protègent les groupes vulnérables ou encore travailler avec tous les partenaires pour développer des capacités nationales plus fortes.  Parallèlement, les pays devraient envisager de donner plus de place aux régions infranationales. 

Les femmes, les jeunes et les plus marginalisés doivent dûment être impliqués.  En tant que communauté mondiale, nous devons continuer à encourager et à soutenir la participation pleine et active des femmes et des jeunes dans ce voyage.  La diversité ne doit pas être considérée comme une menace.  C’est une source de force.  Un ancrage de paix et de stabilité, a conclu M. Guterres. 

Les pays membres du Conseil de sécurité ont tous convenu de l'importance de l'inclusion dans la construction et le maintien de la paix, et ont partagé leurs expériences dans la mise en place et l'exploitation d'outils d'alerte précoce pour répondre aux risques de conflit, violence. Les pays ont proposé des mesures au Conseil de sécurité et aux agences des Nations Unies, aux organisations régionales et aux partenaires de développement pour aider les pays concernés dans la réduction et le règlement des conflits et la reconstruction post-conflit. - VNA

source