Photo: Internet

Hanoi (VNA) - La croissance des classes moyenne et supérieures, sa population jeune et dynamique, et la tendance haussière de consommation de plats européens ont fait du Vietnam un marché prometteur pour les exportateurs de pommes de terre.

Bien qu’il soit un grand producteur agricole, le Vietnam a une culture de la pomme de terre peu développées à cause de ses particularités climatiques. Sa production annuelle n’est en effet que de 300.000 tonnes, et la superficie de culture a été ramenée à 21.000 ha contre 31.000 il y a 10 ans.

Actuellement, il y a une demande grandissante de pomme de terre au Vietnam, qui en importe chaque année environ 90.000 tonnes dont 15.000 destinées à la transformation.

La croissance des classes moyenne et supérieures, sa population jeune et dynamique, et la tendance haussière de consommation de plats européens ont fait du Vietnam un marché prometteur pour les exportateurs de pommes de terre.

Ainsi, de grands fournisseurs de pommes de terre comme la France, la Belgique et la Chine ont renforcé leurs exportations au Vietnam.

Le ministre - président flamand Geert Bourgeois – qui a conduit une délégation de 65 entreprises belges au Vietnam mi-mai pour explorer les opportunités d’investissement et de commerce dans le pays – a exprimé le désir de présenter aux consommateurs vietnamiens des produits belges excellents mais méconnus au Vietnam.

Selon lui, de nombreux exportateurs belges de frites surgelées ont atteint de bons succès en Indonésie, en Malaisie, en Thaïlande et à Singapour. «Suite à ces succès, nos entreprises ambitionnent de développer leurs parts de marché au Vietnam», a-t-il dit.

Selon Romain Cools, secrétaire général de la fédération belge du négoce et de la transformation de la pomme de terre (Belgapom), «bien que les frites belges ne soient pas très populaires au Vietnam, nos entreprises ont confiance en leur compétitivité sur le marché vietnamien dans le contexte où le prix de leurs frites importés au Vietnam n’étaient que de 773 euros la tonne en 2017, contre 1.102 euros pour les frites américaines et 781 pour les frites chinoises».

Toujours selon lui, la partie belge veut aussi coopérer avec des paysans vietnamiens dans la culture des pommes de terre ou investir au Vietnam dans des usines de frites surgelées.

En novembre 2017, M. Alexandre Bouchot, conseiller agricole de l'ambassade de France au Vietnam, avait annoncé que la France deviendrait au premier trimestre 2018 le premier pays européen à exporter des pommes de terre au Vietnam, avec un premier lot de 3.000 tonnes.

La Chine, quant à elle, demeure un grand fournisseur de pommes de terre du Vietnam avec, rien qu’en janvier 2018, près de 146.600 tonnes. -CPV/VNA