Photo: nejm.org

Hanoï (VNA) - L​a revue américaine New England Journal of Medicine (NEJM), a publié, le 11 janvier, les résultats d’une étude sur le transfert d'embryons frais ou gelés chez les femmes sans ovaires polykystiques réalisé par un groupe de médecins vietnamiens. Ces résultats ont retenu l’attention particulière du milieu médical international.

Les auteurs de cette étude sont la docte​ure Vuong Thi Ngoc Lan de la faculté de médecine et de pharmacie de Hô Chi Minh-Ville, les docteurs Dang Quang Vinh, Hô Manh Tuong, Huynh Gia Bao, Pham Duong Toàn, et Nguyên Khanh Linh de l’hôpital Tu Du ; le docteur Hà Tân Duc de l’hôpital de Cân Tho ; le professeur Robert Norman et le professeur Ben Mol de l’Université australienne Robert Norman.

Les médecins ont assigné au hasard 782 femmes infertiles sans syndrome des ovaires polykystiques qui subissaient un premier ou un second cycle de transfert d’embryon dans l’éprouvette. Les résultats ont montré que le transfert d’embryon congelé donnait ​un succès équivalent à celui frais. Il s’agit de résultats remarquables, capables de faire changer la ligne directrice dans le transfert d’embryon dans le cycle stimulé appliqué actuellement.

Selon la docteure Vuong Thi Ngoc Lan, la découverte importante de cette étude ​réside dans le fait que le transfert d'embryons gelés n’influe pas sur les opportunités de grossesse chez les coupes stériles. Ainsi , on ne doit pas transférer plusieurs embryons en une fois dans l’utérus, mais seulement en implanter un ou deux à chaque fois, ce qui procure toujours de bonnes opportunités ​de grossesse et permet de diminuer au maximum les grossesses multifoetales.

Le transfert d’embryon frais ou gelé peut varier pour chaque cas pour donner la meilleure possibilité d’avoir le fœtus, avec le plus faible taux de complications, aidant les médecins et les patients à avoir plus d'options. -NDEL/VNA