Thu Hoai (droite) et des "banh chung" de Nuong Bac. Photo : https://baodautu.vn

 

Hanoï (VNA) - Le « banh chung », ou gâteau de riz gluant farci de viande de porc et de haricots mungo, est un gâteau traditionnel vietnamien, généralement vendu dans les marchés et supermarchés pour 2 dollars/pièce. Par amour pour ce plat et avec la volonté d’en faire un cadeau de qualité, une jeune fille de Hanoï est parvenue à lui donner un nouveau look.

Le « banh chung » est un plat incontournable du Nouvel An lunaire au Vietnam. Outre durant les vacances du Têt, il se mange toute l’année. Cependant, peu de gens achètent le « banh chung » comme cadeau en raison de son apparence peu attrayante. Une autre cause : la saveur traditionnelle peut disparaître en raison d'une production massive et industrielle donc standardisée. 

Thu Hoai, qui a fondé l’établissement Nuong Bac, a décidé d’améliorer la qualité et l’emballage du gâteau pour en faire un cadeau de qualité d’une valeur de 600.000 dôngs, soit environ 26 dollars chacun.

Le « banh chung » est traditionnellement concocté à partir de quatre ingrédients principaux : le riz gluant, des haricots mungo, de la poitrine de porc, et les feuilles « dong » de la famille de l’arrow-root « Phrynium placentarium ». Cependant, la recette varie de région en région et chaque famille a bien sûr son petit secret de fabrication.

Thu Hoai donne au gâteau un goût spécial en utilisant du porc bio. Elle restaure également la tradition d’utiliser les feuilles de galanga officinal pour donner au riz une couleur verte.

Grâce aux améliorations de la production et de l’emballage, les « banh chung » de Thu Hoai se sont taillés une place de choix sur le marché.

Vu Quoc Anh, un acheteur, a partagé : « J’ai acheté une paire de banh chung Nuong Bac comme cadeau pour les vacances du Têt. Le gâteau est délicieux et constitue un présent très apprécié ».

En plus de donner une nouvelle physionomie à une spécialité traditionnelle vietnamienne et de promouvoir son image, Thu Hoai veut aussi créer des emplois pour les femmes défavorisées. La jeune fille a développé un réseau d’agents exclusivement féminins. « Je veux mettre en place des ateliers pour développer des produits traditionnels avec la participation des femmes vulnérables », a-t-elle dit. 

Les efforts de Thu Hoai ont clairement permis d’augmenter la valeur ajoutée du « banh chung » . On espère que dans l’avenir, ces gâteaux seront vendus et appréciés sur les marchés étrangers.-VNA