La pagode Thiên Mu. Photo: VOV5
 
Huê (VNA) - La pagode Thiên Mu ou pagode de la Dame céleste est le monument emblématique de Huê. Elle est à la cité impériale ce que la tour Eiffel est à Paris. Située au pied de la rivière des Parfums, c’est la pagode la plus ancienne de l’ex capitale vietnamienne. 

Son nom provient d’une légende séculaire. On raconte que dans les temps anciens, des paysans virent apparaître sur la colline une vieille femme qui déclara qu’un seigneur construirait ici, une pagode, haut lieu du bouddhisme.

En 1601, Nguyên Hoàng, le premier seigneur Nguyên, se rendit dans la région. Ému par la beauté du paysage et impressionné par la colline Hà Khê, dont la forme ressemble à un dragon sortant de l’eau, il décida de faire construire une pagode, à laquelle il donna le nom de Thiên Mu (Dame Céleste). Depuis cette date, elle attire chaque année des milliers de pèlerins. Nguyên Thành Dat est l’un d’eux: «J’y vais au moins une fois par an, notamment à l’occasion du Nouvel An lunaire quand je rentre à Huê, ma ville natale. Je retrouve la paix et la sérénité après une année intense.»
 
La rivière des Parfums. Photo : VOV5


Il est possible de se rendre à la pagode par barque sur la rivière des Parfums. Entouré d’une enceinte en briques et en pierres ayant la forme d’une tortue se désaltérant dans les eaux de la rivière des Parfums, l’ensemble des édifices de Thien Mu couvre une superficie d’un kilomètre.

Sous le règne des rois Nguyên, à partir de 1802, la pagode a été restaurée plusieurs fois. À l’époque du roi Thiêu Tri (1841 - 1847), plusieurs ouvrages architecturaux ont été édifiés, dont la tour octogonale Phuoc Duyên à sept niveaux (chiffre symbolique du bouddhisme) d’une hauteur totale de 21m. 
 
La tour octogonale Phuoc Duyên. Photo: VOV5


Derrière le stupa se trouve le porche principal menant vers le sanctuaire Dai Hùng, l’édifice le plus important de la pagode. Plusieurs anciennes statues y sont conservées, ainsi qu’une cloche géante en cuivre sur laquelle sont sculptés un soleil et la lune, symboles de l’harmonie entre le yin et le yang. 

«C’est la première fois que je visite  la pagode Thiên Mu. Je l’avais trouvée très jolie en photo mais elle est dix fois plus belle en vrai. J’adore cette ambiance sereine et poétique typique de Huê», nous dit Phan Ngoc Tuyên, un visiteur de Hai Duong (nord).
 
Le sanctuaire Dai Hùng. Photo : VOV5


Derrière le sanctuaire principal, les visiteurs découvrent la voiture du fameux bonze Thich Quang Duc, qui s’est immolé en 1963 pour protester contre la répression des bouddhistes sous le régime de Ngô Dinh Diêm. On y trouve aussi le tombeau du bonze Thich Dôn Hâu, qui a beaucoup contribué à la renaissance du bouddhisme vietnamien.

«C’est mon troisième jour à Huê. J’adore cette ville! J’aime son côté ancien et serein», confie Alain Maillochon, un touriste français.

La pagode Thien Mu est en parfaite harmonie avec l’architecture et la nature de Huê mais elle est aussi un appui spirituel cher aux Huéens. C’est la raison pour laquelle elle figure sur la liste des patrimoines culturels de l’humanité de l’Unesco.-VOV/VNA