La péninsule de Son Trà est considérée comme un cadeau de la nature. Elle ressemble à un immense mur protégeant la ville de Dà Nang (Centre) des tempêtes estivales. Elle a beaucoup à offrir au touriste de passage, dont ce rare cocktail de mer et forêt.

Située à 10 km au Nord-Est du centre de Dà Nang, la péninsule de Son Trà culmine à 690 m d'altitude. Elle ressemble à une sorte de champignon avec le mont Son Trà en guise de chapeau.

La péninsule de Son Trà est une réserve naturelle où vivent une faune et une flore très abondantes. Une vieille forêt située à quelques encablures d’une grande ville, Dà Nang, c’est plutôt exceptionnel. Cette péninsule s’étend sur 4.439 ha, et sa largeur maximale est de 6 km. La forêt compte de nombreuses espèces de singes, de cerfs... dont 400 doucs (Pygathrix nemaeus) et bien d’autres animaux rares figurant dans le Livre rouge. Côté flore, 289 espèces végétales supérieures ont été recensées, certaines endémiques de l’Indochine.

L’originalité de la péninsule de Son Trà, c’est cette forêt jouxtant de belles plages - Tiên Sa, Da Den, Rang, But, Xêp, Da, Nam, Bac, Con, Trem.

Son Tra, la nature aux portes de la plus grande ville du Centre hinh anh 1
La pagode de Linh Ung.
Selon une légende locale, les fées ont choisi les dunes de cette péninsule comme lieu de descente en ce bas monde. Elles y ont chanté, dansé et joué aux échecs. C’est pourquoi, Son Trà a comme autre nom «Tiên Sa» (Fées en ce bas monde).

Farniente, écotourisme et tourisme spirituel

Depuis le sommet du mont Son Trà, les visiteurs embrassent d’un regard toute la ville de Dà Nang. Ils ont l’embarras du choix en terme de lieux de villégiature, les plus cotés étant Bai Rang, Bai But, Dông Duong. Bronzer, marcher en forêt, nager, plonger à la découverte des coraux, toutes sortes de distractions sont possibles...

Différentes sortes de mets populaires épicés typiques de la région Centre sont à leur disposition. Ils peuvent même faire griller eux-mêmes les poissons et crevettes qu’ils ont pêchés. Et après ça, rien de mieux qu’une sieste dans les cabanons de bord de