Tokyo, 27 février (VNA) - Selon les correspondants de l’Agence vietnamienne d’information (VNA) à Tokyo, ces derniers jours, le Vietnam est au centre d’intérêt des médias japonais en accueillant le 2e sommet Etats-Unis-République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Ho Van qui fait partie du Temple de la littérature. Photo: VNA

Dans un aticle intitulé « Le Vietnam se réjouit de son rôle de pacificateur au sommet Kim-Trump alors qu'il cherche à équilibrer les relations », Japan Times a estimé que le Vietnam assume le rôle de promoteur de la paix.

Le journal a cité des responsables vietnamiens qui ont souligné que l’accueil de cet événement marque l’émergence du Vietnam en tant que membre fiable et responsable de la communauté internationale. Le pays, qui a forgé la paix avec de vieux ennemis, peut maintenant aider les autres à le faire.

Depuis sa sortie des décennies d’isolement diplomatique au début des années 90, le Vietnam souhaite renforcer ses relations avec les grandes puissances et la région. Le renforcement du statut international que le Vietnam peut constater lors du sommet va dans le sens de cette stratégie.

Le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères, Le Hoai Trung, a déclaré que les États-Unis et la RPDC souhaitaient tous deux tenir leur sommet au Vietnam.

"Cela montre que le Vietnam est un membre responsable et actif de la communauté internationale, désirant contribuer au processus de paix, et que sa politique consiste à élever le niveau de la politique étrangère multilatérale", a déclaré M. Trung.

Japan Times a cité Nguyen Quy Binh, ancien ambassadeur et représentant permanent du Vietnam auprès de l’Organisation des Nations Unies à Genève, selon lequel un sommet réussi améliorerait la réputation du Vietnam.

«La voix du Vietnam aura plus de poids. Un pays qui agit de manière responsable et respectable, un pays digne de confiance, aura une voix différente », a déclaré M. Binh.

Selon le journal, les diplomates occidentaux et asiatiques s'attendent à ce que le Vietnam essaie de soutenir toute réforme en RPDC que le sommet apporterait.

Ces efforts seraient renforcés par le retour du Vietnam au poste de président de l’ASEAN (Association des nations d’Asie du Sud-Est) l’année prochaine, ainsi que par la possibilité qu’il devienne membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies en 2021.

De son côté, la télévision japonaise NHK a estimé que l'expérience du Vietnam pourrait aider les États-Unis et la RPDC.

Dans une interview accordée à NHK, Nguyen Tam Chien, ambassadeur du Vietnam à Washington entre 2001 et 2007, a déclaré que le Vietnam avait été choisi pour ce sommet parce qu'il est actif dans la diplomatie multinationale pour la paix et la stabilité de la région.

Il a espéré voir des progrès dans le règlement du problème nucléaire et la coopération économique, ajoutant que la recherche d'une solution pour la péninsule coréenne conduirait à la paix et à la stabilité régionales. -VNA