Photo : VOV

 

Hanoi (VNA) - Après «Hanoi creative city», «Zone 9», les jeunes hanoïens sont toujours à la recherche d’un nouvel espace «vintage» pour que puisse s’exprimer leur créativité. Eh bien les voici comblés! Un nouveau complexe vient de voir le jour, et d’ores et déjà, il a été affublé du joli surnom de «petit Hanoi». Un petit Hanoi dans Hanoi, donc. Qui dit mieux?

Situé au 60, rue Thô Quan, dans l’arrondissement de Dông Da, le «Sixty Square» (square des années 1960), s’est rapidement imposé comme un espace alternatif vraiment authentique et passionnant pour le jeune public de la capitale.

«Au départ, je voulais seulement créer une sorte de lieu de rendez-vous pour les jeunes, pas forcément un complexe. J'ai alors appelé quelques amis et les sponsors. Et ensemble, on a décidé de faire d'ici un vrai et grand complexe ouvert à tous», nous explique Quang Minh, l’un des fondateurs.

 

Abandonnés après avoir servi de bureau de poste à l’époque de la domination française, les bâtiments jaune-ocre ont été transformés en cafés bohème, salons de tatouage, magasins de vêtements vintage, studios d’enregistrement et autres galeries. Bien qu’ayant été créée il y a seulement un an, cette nouvelle zone attire déjà de nombreux jeunes Hanoïens, parmi lesquels Dang Anh Thu, qui visiblement, est une habituée des lieux.

«Bien que ce complexe soit tout à fait nouveau, il attire déjà un grand nombre de visiteurs. Je pense que c’est un lieu qui est appelé à devenir le lieu de prédilection des jeunes de la capitale. Moi-même, j'adore prendre un café ici», nous dit-elle.


Résolument «vintage», ce nouveau lieu de culte attire donc les jeunes, aussi paradoxal cela puisse-t-il paraître. Il faut dire que le lieu a du charme à revendre, et pas seulement d’ailleurs. Si le visiteur pousse sa curiosité jusqu’à pénétrer au cœur de cette zone, il découvrira un monde bien caché: comme une ruche d’artistes qui semblent avoir eu besoin de s’exiler dans un lieu insolite pour y déployer leur créativité. Ainsi, les deux premiers étages sont devenus des studios de création, et les autres, un espace commercial et un café «underground» de plus en plus populaire.


«C'est un endroit passionnant. On peut facilement y rester toute la journée. Je trouve qu’Hanoi manque de complexes comme celui-ci où on peut trouver plein d'activités de divertissement. Je peux jouer, faire du shopping, manger et danser... C'est ici que je peux être moi-même», nous confie-t-elle.

 

Alors bien sûr, peut-être n’êtes vous pas très «vintage» dans l’âme… Eh bien qu’à cela ne tienne! Il y a des magasins d’appareil photos, par exemple, qui sont tout à fait connectés. Entendez par là que celles ou ceux qui les tiennent sont des accrocs des réseaux sociaux et qu’indépendamment du décor, ils sont bel et bien de plain pied dans le 21e siècle. Issus du génie civil, du théâtre, du cinéma ou de la mode, la plupart de tenanciers de magasins de ce «Sixty square» ont en commun un esprit bohème qui fait tout le charme du lieu.

«Ce complexe n'est pas très grand. Mais l'important, c'est que c’est une sorte d’échappatoire au tumulte de la vie urbaine. Mon but, c’est de créer quelque chose qui porte mon empreinte: un endroit où je puisse me sentir bien avec mes amis», précise Quang Minh.

 

«Sixty Square» n’en est qu’à ses débuts. Mais ses créateurs n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin. Leur ambition? En faire un vrai petit Hanoi à l’ancienne…  -VOV/VNA