Florian J. Beranek, membre de la Chambre européenne de Commerce (EUROCHAM) au Vietnam, lors du séminaire. Photo : VNA

 

Can Tho (VNA) – Un séminaire consacré à l’accord de libre-échange entre le Vietnam et l’Union européenne (EVFTA) a eu lieu le 24 juillet à Can Tho (Sud).

Cet événement a été organisé par l’antenne à Can Tho de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Vietnam (VCCI Can Tho) et le Centre d’arbitrage international du Vietnam (VIAC). Il avait pour objet de fournir des informations sur l’EVFTA aux entreprises, contribuant au développement du commerce et de l’investissement entre le Delta du Mékong et l’Union européenne (UE).

Selon Nguyen Phuong Lam, directeur de VCCI Can Tho, si cet accord de libre-échange est ratifié, il aidera les exportations vietnamiennes vers l’UE à augmenter de près de 45% d’ici 2030 et le PIB vietnamien à progresser de 7,07-7,72% pendant la période 2029-2033. De nombreux secteurs, tels que l’aquaculture, le riz, les fruits et légumes, les télécommunications, ont des opportunités d’élever leurs exportations. En outre, le textile-habillement, l’agroalimentaire et l’automobile pourront participer aux chaînes de valeur mondiales, grâce à la réduction des droits de douane et des barrières non tarifaires.

L’EVFTA encouragera par ailleurs le Vietnam à chercher à satisfaire aux normes européennes et à améliorer la compétitivité sous la pression concurrentielle. Il l’aidera à avoir accès à des machines et technologies européennes modernes.

Cependant, l’EVFTA imposera pas moins de défis, dont ceux liés au principe du pays d’accueil, a indiqué Tran Huu Huynh, directeur du Centre d’arbitrage international du Vietnam (VIAC).

Il a ensuite souligné que l’UE était un marché très exigeant avec des normes très strictes sur l’hygiène alimentaire, l’emballage et l’environnement… « Il ne sera pas facile d’y répondre », a-t-il affirmé.

Florian J. Beranek, spécialiste de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement industriel (UNIDO), membre de la Chambre européenne de Commerce (EUROCHAM) au Vietnam, a déclaré que les entreprises vietnamiennes devraient faire face à une concurrence plus acharnée sur le marché domestique. Selon lui, il s’agira d’un énorme défi car les entreprises européennes sont certainement plus fortes que leurs homologues vietnamiennes en matière de compétitivité, d’expériences et de capacités d’exploitation des accords de libre-échange.

Le séminaire a permis aux participants de discuter des solutions pour aider le Vietnam et ses entreprises à mieux se préparer à l’EVFTA, signé fin juin à Hanoï.-VNA