Selon la Banque nationale du Qatar, l’économie vietnamienne devrait connaître une croissance économique de 7 % en 2016. Photo: VNA.

Hanoi (VNA) – Le Vietnam reste l’un des marchés émergents ​de plus forte croissance, sous la direction de ses nouvelles autorités, a estimé la Banque nationale du Qatar (QNB) dans un récent rapport économique rendu public le 28 mars.

Selon la QNB, l’économie vietnamienne pourrait atteindre un taux de croissance ​d'au moins 7 %, ​sinon plus, en 2016 et 2017.

Ce rapport cite les mesures du XIIe Congrès national du Parti communiste du Vietnam (PCV) qui consistent à poursuivre les réformes dans le secteur bancaire, les entreprises publiques et la libéralisation économique.

Les perspectives de l'économie vietnamienne ​sont toujours bonnes, ​validant les prévisions du rapport de QNB ​de décembre 2015. Selon la banque, l’économie vietnamienne devrait tabler sur une croissance de 7 % en 2016 et 7,5​ % en 2017.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) du Vietnam en 2015 a réellement atteint 6,7 %, contre 6 % en 2014, faisant de ce pays l’un des marchés émergents de plus forte croissance. Ce résultat résulte de la forte hausse des exportations du Vietnam, entre autres facteurs.

Actuellement, le Vietnam attire d’importants investissements dans le secteur manufacturier destiné à l'export, grâce à sa main-d’œuvre d'un coût raisonnable et à la signature de nouveaux accords de commerce comme le partenariat transpacifique (TPP) et l’accord de libre-échange ​Vietnam-U​​nion européenne.

Selon la QNB, l'investissement direct étranger (IDE) ne cessent d’affluer au Vietnam. En effet, les ​entreprises de forte masse salariale ​se délocalise de la Chine au​ profit du Vietnam car la main-d’œuvre ​de ce dernier est plus compétitive, et la Chine passe à la fabrication de produits supérieurs. ​Par ailleurs, si l​'IDE ​a déjà augmenté après la conclusion d​'accords de commerc​e en 2015, le futur moteur de la croissance sera l’entrée en vigueur du TPP, probablement en 2017.

La demande intérieure devrait rester forte. Les revenus pourraient augment​er grâce au développement du secteur de l'export, tandis que la reprise du marché domestique pourrait ​​stimuler l'investissement et élever la confiance des ménages. –VNA