L’ancien ministre philippin des Affaires étrangères Albert del Rosario. Photo: Internet

 

Hanoi (VNA) – L’ancien ministre philippin des Affaires étrangères Albert del Rosario a appelé mardi le président chinois Xi Jinping, qui se rend à Manille pour une visite d'Etat de deux jours, à suivre le chemin "de modération, de raison et de l'équité" dans le règlement des différends en Mer Orientale.

"Compte tenu de sa stature et de sa puissance, il est impératif que la Chine joue le rôle qui lui revient en adhérant au droit afin de maintenir la stabilité, la sécurité et la paix dans le monde et pour que nous puissions tous poursuivre nos aspirations au développement et au progrès" a écrit Albert Del Rosario dans une lettre ouverte adressée à Xi Jinping, quelques heures avant l'arrivée du dirigeant chinois à Manille mardi après-midi.

Albert Del Rosario a déclaré que ce faisant, la Chine "disposerait ... d'une incroyable opportunité de se faire l'avocat des principes, de l'équité et de l'inclusivité dans les différends et les désaccords du monde".

L’ancien ministre philippin a souligné la nécessité de maintenir un ordre international basé sur des règles avant de demander à Pékin de suivre le chemin "de modération, de raison et d'équité" en tenant pleinement compte des intérêts légitimes de ses pays voisins.

Il s’agit de la première visite d’Etat d’un dirigeant chinois aux Philippines ces 13 dernières années. La visite du président chinois Xi Jinping est considérée comme un jalon important dans le développement des relations bilatérales qui ont été restaurées après l'entrée en fonctions du président Rodrigo Duterte en 2016.

Auparavant, les relations bilatérales étaient tombées à leur plus bas niveau après la procédure engagée par les Philippines contre la Chine concernant les revendications chinoises en Mer Orientale.

Selon la sentence arbitrale de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye publiée le 7 décembre 2016, les revendications chinoises sur ses « droits historiques » sur les zones maritimes délimitées par la « ligne des neuf traits » sont contraires à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982. -VNA