Le Cambodge a retiré lundi 500 autres soldats de la zone frontalière litigieuse avec la Thaïlande, ce qui constitue le septième retrait depuis que la tension militaire entre les deux pays a commencé à s'apaiser en juillet, selon l'agence de presse chinoise Xinhua.

Ces soldats du bataillon N° 408 du Cambodge, qui étaient déployés le long de la frontière à environ 32 km à l'ouest du temple de Preah Vihear, sont retournés dans leur caserne située dans la province de Siem Reap.

La cérémonie de retrait a eu lieu en présence du général Kun Kim, vice-commandant en chef des Forces armées royales cambodgiennes (FARC), et du général Chea Dara, vice-commandant en chef des FARC chargé de la direction de Preah Vihear.

Le général Kun Kim a annoncé que le retrait avait été effectué sur ordre du Premier ministre Hun Sen, soulignant que l e retrait de la zone démilitarisée provisoire, qui s'étend jusqu'à 17 km du temple de Preah Vihear, doit être effectué simultanément avec les troupes thaïlandaises.

Le 31 août, environ 1.500 soldats cambodgiens ont eu l'ordre de se retirer de la zone frontalière litigieuse avec la Thaïlande.

Le 18 juillet, la Cour internationale de justice a demandé au Cambodge et à la Thaïlande de retirer immédiatement leurs troupes de la zone démilitarisée provisoire litigieuse située près du temple de Preah Vihear et de permettre aux observateurs de l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) de se rendre sur place pour s'assurer du respect du cessez-le-feu.

Le conflit entre les deux pays a éclaté une semaine après que l'UNESCO eut placé le temple de Preah Vihear dans la liste du patrimoine mondial le 7 juillet 2008. Cependant, la tension autour de la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande s'était apaisée depuis quelques temps déjà, notamment depuis que le parti Puea Thai a pris le pouvoir après les élections générales de juillet dernier en Thailande. -AVI