Hanoï, 10 mars (VNA) - Neuf policier ont été tués dans une attaque rebelle dans l'Etat rakhine, dans l'ouest du Myanmar, en proie à une double spirale de tensions ethniques et religieuses.

L’attaque a eu lieu dans samedi 9 mars dans le village de Yoetayoke, au nord de la capitale de Rakhine, Sittwe. Photo: AFP/VNA

La police a annoncé dimanche que l’attaque avait eu lieu dans samedi 9 mars dans le village de Yoetayoke, à une heure au nord de la capitale de Rakhine, Sittwe.

Selon un haut commandant de la police, neuf policiers ont été tués, un a été blessé et un autre est porté disparu. Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque et une enquête est en cours.

Ces derniers mois, l'Armée d'Arakan (AA), qui lutte en faveur de plus d'autonomie pour la population bouddhiste (dite rakhine ou arakanaise) du territoire, a mené plusieurs attaques contre les forces de sécurité et les autorités.

Depuis la fin 2018, le groupe a intensifié ses opérations. Début janvier, des centaines d’assaillants d’AA ont attaqué quatre postes de police à Bathidaung et tué treize policiers.

Peu de temps auparavant, l'armée birmane avait décrété un cessez-le-feu unilatéral contre des groupes armés de l'Etat Kachine et Shan, de l'autre côté de la Birmanie, ce qui lui permettait de concentrer ses forces dans l'Etat Rakhine. -VNA