Hanoi, 19 juin (VNA) - Actuellement, l’industrie nationale de l'alimentation animale dépend en grande partie des importations à cause du manque de matières premières - blé, maïs, soja et graisses animales et végétales.

En 2018, environ 70% du volume des matières premières destinées à l’industrie des aliments pour animaux au Vietnam a dû être importés. Photo: antoansinhhoc.vn

La production nationale de maïs et de soja ne répond qu'à 50-55% de la demande croissante de cette industrie nationale. C’est pourquoi les importations n’ont cessé d’augmenter au fil des années.

Selon le  Département général des Douanes, en mai, les entreprises nationales du secteur ont importé pour 353 millions de dollars de matières premières (+28,5% sur un mois et +4% en glissement annuel), portant cette valeur depuis janvier à 1,6 milliard de dollars (+0,28% en glissement annuel) - dont plus de la moitié pour le maïs.

Pour le seul marché argentin, les importations se sont établies à 571 millions de dollars, soit 35,4% du total, faisant de ce pays  le plus grand fournisseur du Vietnam. Etats-Unis et Brésil sont 2e et 3e avec, respectivement, 290 et 114 millions de dollars.

En 2018, environ 70% du volume des matières premières destinées à l’industrie des aliments pour animaux au Vietnam a dû être importés. Ce taux devrait s’élever à 79% en 2019, selon les prévisions du Département américain de l'Agriculture (USDA).

En 2018, l’Argentine, les Etats-Unis et le Brésil ont été les premiers fournisseurs avec, respectivement, 32,6%, 17,4% et 12,1% du total des importations vietnamiennes de ces produits. - CPV/VNA