Hanoï, 3 avril (VNA) - L'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak a plaidé non coupable de toutes les accusations contre lui à l'ouverture de son procès mercredi dans l'affaire du pillage du fonds d'investissement 1MDB sur laquelle plusieurs pays enquêtent.

L'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak. Photo: AFP

Selon l’agence AFP, en arrivant au tribunal de Kuala Lumpur où s'est ouvert son procès, cet ex-leader de 65 ans a plaidé non coupable des sept chefs accusation contre lui liés à la corruption et au blanchiment d'argent.

Le 4 janvier dernier, le Tribunal de première instance de Kuala Lumpur a décidé de traduire en justice l'ex-Premier ministre Najib Razak et l'ex-PDG de 1Malaysia Development Berhad (1MDB), Arul Kanda Kandasamy.

Najib Razak était accusé d'avoir utilisé son poste de Premier ministre pour ordonner au vérificateur général de l'époque de retirer certaines informations du rapport avant de le soumettre au Département national de l'audit.

Entre-temps, Arul Kanda Kandasamy aurait incité Najib Razak à utiliser la position de ce dernier pour ordonner l'amendement au rapport.

Par ailleurs, M. Najib et Mohamad Irwan Serigar Abdullah, un ancien responsable du ministère malaisien des Finances, ont été également accusés par un tribunal de Kuala Lumpur de six chefs d’accusation pour abus de confiance.

M. Najib doit faire face à quelque 40 chefs d'accusation, principalement parce que ses proches et lui-même ont pris d'importantes sommes d'argent du fonds 1MDB.

Le gouvernement malais a mis en place un groupe de travail spécial chargé d'enquêter sur le fonds 1MDB, avec le soutien des États-Unis, de la Suisse, de Singapour, du Canada et d'autres pays concernés. –VNA