Hanoi, 27 décembre (VNA) - Les districts de Dông Thap Muoi, Tân Hung, Vinh Hung, Môc Hoa, Tân Thanh, Thanh Hoa et le chef-lieu de Kiên Tuong sont considérés comme le plus grand grenier à riz de la province de Long An (Sud) avec une production atteignant près de 2 millions de tonnes par an.

Des produits agricoles de haute technologie exposés à une foire d’exposition dans la mégapole du Sud.

 

Cependant, en raison des menaces fréquentes de calamités naturelles telles que les inondations, les épidémies, mais aussi d’un mode de pratique agricole arriéré, la situation du développement agricole dans cette zone reste confrontée à de nombreuses difficultés. En conséquence, cette province est en train de mettre en œuvre de nombreuses mesures pour y remédier ainsi que pour développer un développement agricole durable.

Selon M. Lê Van Hoàng, directeur du Service provincial de l’agriculture et du développement rural, pour réduire au minimum les dommages multiples causés par les catastrophes naturelles, tout en s’orientant vers un développement agricole durable, améliorant le rendement de la production, la province a étudié de nouvelles variétés de riz plus appropriées.

En même temps, la province est en train d’édifier de grands champs destinés aux cultures maraîchères en investissant dans les transports, l’amélioration du système d’irrigation et dans la qualité des entrepôts. Les autorités se concentrent aussi sur la construction de digues et l’achèvement de systèmes d’irrigation au service de la production agricole, afin de favoriser la culture de plantes et l’élevage d’animaux dans les zones où la production de riz s’annonce inefficace.

La province de Long An met en œuvre également le projet de développement agricole appliquant la haute technologie pour la riziculture sur 20.000 hectares concentrés dans certains districts. L’objectif est de changer les habitudes de production des agriculteurs, de synchroniser la mécanisation, les techniques de culture avancées pour améliorer la qualité des produits, tout en assurant la sécurité alimentaire des futurs consommateurs. L’idée est d’améliorer la productivité et d’améliorer le revenu des agriculteurs locaux.

Selon le plan fixé par la province, d’ici 2020, 90% des agriculteurs de la zone du projet bénéficieront des techniques avancées de production de riz. Également, 50% de la superficie de la zone sera cultivé à l’aide de techniques de culture durable, ce qui permettra d’assurer la sécurité alimentaire de la population et la protection de l’environnement.

Des résultats positifs

Ce projet permettrait de réduire les pertes avant, pendant et après la récolte à hauteur d’environ 10%. Par ailleurs, l’investissement dans les infrastructures d’irrigation et de transport est particulièrement ciblé pour répondre aux exigences du développement de la production agricole.

Le fruit du dragon, un des produits typiques de la province de Long An


La province propose également de créer 15 groupes de production coopératifs nouveaux, 23 coopératives, et de renforcer les activités des coopératives commerciales.

M. Pham Van Nghiêp, un paysan domicilié dans la commune de Hung Thanh, district de Tân Hung, a déclaré que dans le passé, la production de riz suivant la méthode traditionnelle n’atteignait qu’un rendement de 6,5 tonnes/ha. À partir de l’adoption de nouvelles technologies dans la production, le rendement est passé à environ 8 tonnes par hectare.

C’est également le cas de M. Vo Minh Quang, commune de Hung Thanh, district de Tân Hung. Selon lui, dans le passé, en suivant le mode de production traditionnelle, l’ensemencement de riz était plus intensif, il lui fallait utiliser plus de variétés qu’avec  le modèle de haute technologie. Grâce à l’ensemencement mécanisé, il a réussi à réduire beaucoup le nombre de variétés mises en culture.

La production du riz paddy est moins intensive, ce qui permet de contrôler plus facilement les épidémies, et en plus la productivité s’accroît. Il a ajouté que, depuis lors, les commerçants ont accepté d’acheter son riz à un prix plus élevé.- CVN/VNA