Hanoï, 28 décembre (VNA) - Dire "non" au sac plastique n’est pas seulement le slogan des habitants vivants sur l’île de Cù Lao Chàm, ville de Hôi An, province de Quang Nam (Centre), mais il motive et pousse également les habitants à créer de nouveaux produits touristiques respectueux de l’environnement.

Kam Hing Yin, touriste hongkongais, venu pour la première fois au Vietnam, a acheté pour sa femme un sac fabriqué à base de souchet sur l’île de Cù Lao Chàm, "J’ai été impressionné par ces images de sacs que ces femmes ont confectionnés à base d’écorce d’arbres. J’ai pris quelques photographies que j’ai partagées sur Internet. Cela a marqué les esprits de nombreuses personnes", a confié Kam Hing Yin.

Les sacs plastiques sont massivement utilisés dans la vie quotidienne. Mais depuis dix ans, les habitants de Cù Lao Chàm ont complètement arrêté l’utilisation de ces sacs. En s’y rendant, les touristes sont sensibilisés à la cause à l’aide d’un message informatif d’encouragement sur l’usage d’objets recyclables.

Au marché, à la supérette, ou même à la maison, les corbeilles vertes, omniprésentes, ont remplacé les sacs plastiques. L’idée d’une île sans plastique a été créée il y a peu de temps, par l’ancien secrétaire du Comité municipal du Parti communiste pour Hôi An, Nguyên Su.

L’île de Cù Lao Chàm est un site touristique réputé de Hôi An. Grâce à sa position géologique idéale et ses potentialités en matière du tourisme, Cù Lao Chàm attire un bon nombre de touristes à l’année.

Le volume de ses déchets y a cependant augmenté de manière conséquente, polluant ainsi le paysage. Pour régler ce problème, le Comité municipal du Parti de Hôi An a mobilisé la population en l’encourageant à utiliser des sacs "bio".

Changer les habitudes des consommateurs

Un paiement est imposé: 15.000 dôngs pour l’utilisation d’un sac plastique. "Au début, c’était assez incommode parce ce que les sacs plastiques sont quand même très pratiques pour contenir les fruits de mer. Puis, peu à peu, nous avons changé nos habitudes. Nous utilisons dorénavant des corbeilles en souchet ou en plastique pour transporter nos produits",  a fait savoir Mme Huong, une marchande au marché de Tân Hiêp.

Afin d’encourager davantage les habitants dans leur lancée écologique, la ville a décidé d’offrir davantage de corbeilles et de sacs recyclables pour les foyers.

Les vendeurs des marchés ont, quant à eux, également cherché différentes matières pour remplacer les sacs en nylon tels que les feuilles de bananier, le papier ou encore les feuilles de badamier, notamment.

Selon la cadre chargé de l’environnement de la commune de Tân Hiêp, Trân Thi Kim Thùy, les habitants prennent de plus en plus conscience de l’utilisation de sacs respectueux de l’environnement. "Les locaux comprennent bien les inconvénients des sacs plastiques. L’élimination de ces sacs a permis de diminuer les impacts négatifs sur l’environnement et aussi de pousser à la fabrication de sacs à base des matières premières disponibles sur l’île. Ils sont non seulement bio mais sont dorénavant vendus comme produits touristiques aux visiteurs", a déclaré Mme Thùy.

À d’ajouter que "ce modèle pourrait être développé à grande échelle, dans les parcs nationaux par exemple, là où il existe une riche biodiversité à protéger", a insisté le secrétaire du comité du Parti communiste du Vietnam de la commune de Tân Hiêp, Trân Tân Dung. -CVN/VNA