Hanoï, 1er mars (VNA) - Le sommet de Hanoï entre les dirigeants américains et nord-coréens s'est achevé jeudi sans accord sur les questions relatives aux sanctions et à la dénucléarisation, mais les entreprises sud-coréennes attendent toujours des percées.

Le complexe industriel de Kaesong. Photo: Yonhap

"Les résultats du sommet ne sont pas ce que nous voulons, mais nous allons nous préparer davantage pour les projets intercoréens avec l'espoir et les attentes pour la reprise des activités bloquées", a déclaré un responsable de Hyundai Asan Corp.

"C’est très regrettable, mais l’effondrement du sommet ne signifie pas la fin, et nous pensons que les problèmes en suspens peuvent être résolus", a déclaré l’Association des entreprises sud-coréennes ayant des usines dans le complexe industriel de Kaesong.

Avant ce sommet, les experts ont estimé que le succès de cet événement ouvrirait la voie à la réouverture de ce complexe industriel intercoréen situé dans la ville frontalière de Kaesong et à la reprise des visites au mont Kumgang.

La reprise des opérations au complexe de Kaesong est considérée comme une tâche difficile en raison des sanctions imposées à la RPDC.

En vertu des sanctions imposées par le Conseil de sécurité des Nations Unies et les États-Unis, les transactions financières et les importations de produits nord-coréens ont été interdites.

Les sanctions contre la RPDC ont également été un casse-tête pour les hommes d’affaires sud-coréens qui possèdent des usines dans le complexe de Kaesong.

Ils ont demandé à visiter le complexe, mais sans consultations avec Washington et avec les sanctions toujours en vigueur, les propriétaires d'entreprises se sont vu interdire l'accès à la RPDC.

Dans son discours du Nouvel An, le dirigeant de la RPDC, Kim Jon-un, a appelé à la reprise du programme de visites ainsi qu'à la réouverture du complexe industriel intercoréen fermé.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a déclaré plus tôt que le programme de tourisme suspendu au mont Kumgang serait probablement la première chose à reprendre dans l'ère post-sanctions.

Le parc industriel de Kaesong, ouvert en 2004, a été fermé il y a trois ans. Les visites guidées au mont Kumgang ont été interrompues après le décès d'un touriste sud-coréen en 2008.

Ce parc industriel a été salué comme un symbole clé de la coopération économique entre les deux Corées, car il combinait les capitaux et la technologie sud-coréens avec une main-d'œuvre bon marché provenant de la RPDC. -VNA