Hanoi (VNA) - L’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) et l’Accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA) créeront des opportunités pour le Vietnam de stimuler les exportations agricoles et de renforcer les capacités du secteur agricole national, a-t-on appris d’une  conférence, mercredi 26 juin à Hanoi.
 
Les ALE creent des opportunites et des defis pour l’agriculture hinh anh 1Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Trân Tuân Anh. Photo: VNA

 

Outre les opportunités, les deux accords créeront des défis remarquables pour l’agriculture du pays, a déclaré le ministre de l’Industrie et du Commerce, Trân Tuân Anh, citant l’EVFTA avec des engagements fiscaux et des réglementations sur l’origine des produits.

Faisant écho aux points de vue du ministre Trân Tuân Anh, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Nguyên Xuân Cuong, a déclaré que le Vietnam devra faire concurrence aux autres pays membres des deux accords, tels que le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, qui présentent également un potentiel de développement agricole.

L’un des plus gros problèmes est la faible production agricole, a-t-il déclaré, expliquant que le Vietnam ne compte que 8,6 millions de foyers agricoles et 10 millions d’hectares de terres arables, mais qu’il doit concurrencer les pays disposant de plus grandes ressources en terres.

Dans ce contexte, le ministre a suggéré de mobiliser les foyers agricoles pour qu’ils participent à des coopératives et se joignent aux entreprises du secteur.

En outre, les produits doivent respecter les normes et les exigences établies par les marchés nationaux et étrangers, a-t-il indiqué, soulignant que le travail nécessitait des efforts communs du gouvernement, de l’État, des entreprises et des agriculteurs.

Il a également salué l’adaptabilité de l’économie vietnamienne et du secteur agricole national en particulier, ce qui a été démontré par la mise en œuvre de 12 accords de libre-échange.

D’autres participants à la conférence ont déclaré que le Vietnam aurait du mal à utiliser la barrière non tarifaire comme mesure de protection en raison de sa capacité juridique et de ses preuves scientifiques limitées.

Dans le même temps, le secteur agricole national devra faire face à une concurrence accrue avec des produits étrangers qui devraient inonder le marché vietnamien à la suite de la réduction des barrières fiscales, comme prévu dans les accords, a-t-il dit.

En outre, les réglementations sur la sécurité sanitaire des aliments et l’hygiène, ainsi que les normes techniques sur des marchés exigeants comme le Japon et les pays de l’Union européenne constitueront également un défi pour le secteur.

L’EVFTA et l’accord de protection des investissements UE-Vietnam (EVIPA) devraient être signés à Hanoi le 30 juin. À ce jour, le Vietnam a conclu 16 accords de libre-échange bilatéraux et multilatéraux. -VNA